Bilan

Un façadier vaudois fait briller Londres

Grâce à son savoir-faire spécialisé, la PME Félix Constructions réalise 50% de son chiffre d’affaires au Royaume-Uni. Elle y a décroché une quarantaine de mandats depuis vingt-cinq ans.
  • La future façade du Michael Uren Biomedical Engineering Research Hub.

  • Prototype réalisé à l’échelle 1:1, sur commande d’un client.

    Crédits: Dr

Impossible de ne pas le voir lorsque l’on arrive sur le site de Félix Constructions à Denges (VD): le prototype mesure environ 7 mètres de large par 11 de haut et 3 de profondeur (voir photo).

C’est un prototype «visuel» (à distinguer de ceux destinés aux tests en laboratoire pour valider par exemple les performances d’étanchéité et de résistance structurelle) qui sert au client et à son architecte à vérifier les derniers détails et à confirmer le choix des couleurs, des verres, etc. Il a été réalisé à l’échelle 1:1, sur commande, dans le cadre du projet de nouveau bâtiment pour le Michael Uren Biomedical Engineering Research Hub, qui réunira ingénieurs, scientifiques et cliniciens travaillant autour de technologies nouvelles.

Ce centre (du nom d’un philanthrope britannique, ancien élève de l’Imperial College, qui a fait fortune dans l’industrie sidérurgique) fait partie du White City Campus de l’Imperial College, implanté à l’ouest de Londres. 

Lire aussi: Immobilier de luxe, les tendances du marché

Le bâtiment final comportera environ 12  000 m2 de façades d’une valeur proche de 16 millions de livres sterling (19,8 millions de francs). Le montage est planifié de mars  2018 à février  2019. Les éléments de façades seront assemblés à Denges, puis acheminés par camions à Londres. Une entreprise partenaire locale s’occupera du montage sur le chantier, sous la supervision de l’équipe de Felix UK (métreurs, contrôleurs de qualité et coordinateurs de projet).

«Toute la partie du développement technique et la gestion du projet sont assurées depuis la Suisse et depuis notre bureau de Madrid qui comprend une dizaine de collaborateurs, ingénieurs et techniciens dessinateurs», précise Kai-Uwe Schweizer, directeur général de cette entreprise familiale. Fondée en 1935, elle emploie actuellement 165 personnes, dont 16 à Madrid et 6 à Londres, et a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 53 millions de francs.

C’est la réalisation en 1992 des façades de l’aéroport de Manchester qui a permis à la PME vaudoise de se faire un nom outre-Manche, et plus particulièrement à Londres. Depuis lors, une quarantaine de projets ont été habillés par le façadier vaudois. Il s’agit de bâtiments souvent prestigieux, complexes, réalisés sur mesure avec des architectes de renom : 60 Sloane Avenue Building (1994), 1 Neathouse Place (1996), Tate Modern (1998, avec Herzog & de Meuron comme architectes), Holborn Place (2000, Norman Foster), the Knightsbridge (2004), Five Fleet Place (2007, Skidmore, Owings & Merrill) ou encore trois projets en cours : Buckingham Green, the London Development et the London Fruit & Wool Market. «L’impact du Brexit n’est pas mesurable aujourd’hui. Sauf que, pour l’heure, nous avons davantage de demandes afin de pouvoir livrer un maximum de bâtiments de bureaux avant la date fatidique», relève le directeur général. 

Dynamisme britannique

Depuis plusieurs années, ce marché britannique occupe près de 50% du chiffre d’affaires de l’entreprise. La raison? «Les niveaux requis d’ingénierie spécialisée et de qualité pour des travaux d’une certaine taille. Les autres concurrents sont des façadiers européens. Le marché londonien est très dynamique, avec une demande très forte pour des projets de toutes tailles.
Le niveau architectural est élevé avec beaucoup de grands bureaux internationaux et une forte demande créative. Et à cela s’ajoute un très haut niveau d’exigences en matière de qualité et de sécurité, avec le recours aux normes mondiales les plus strictes», précise le CEO de Félix Constructions.  

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."