Bilan

Swiss Space Systems achète un terrain pour son spaceport à Payerne

Une usine à navettes au coeur de la Broye? C'est le projet qui prend forme avec la vente de 26'900m2 de terrain par la commune de Payerne à la société Swiss Space Systems. Les premiers vols suborbitaux sont prévus en 2017 et les embarquements commerciaux en 2018.
  • La navette suborbitale de Swiss Space Systems devrait être assemblée dans la Broye.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • Vue du projet de spaceport, qui comportera le centre administratif S3, un atelier d'assemblage, un hangar pour les aéronefs, un musée, un restaurant et des salles de réunion.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • La navette SOAR devrait connaître ses premiers vols tests en 2017 et ses vols commerciaux dès 2018.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • La navette suborbitale ne sera pas lancée vers l'espace depuis Payerne mais y sera assemblée avant d'être transférée vers les sites de lancement.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • La navette pourrait être couplée avec un avion lanceur de type gros porteur de chez Airbus.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • Pascal Jaussi, CEO de S3, veut "mettre l'espace à la portée de tous", et la construction du spaceport constitue une étape dans ce projet.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems

Un an après sa naissance officielle, Swiss Space Systems (S3) aura son cap Canaveral: la jeune société helvétique vient d'acquérir auprès de la commune de Payerne un terrain de 26'900m2 au sein de l'Aéropôle I, le parc technologique et industriel de la Broye, afin d'y édifier un spaceport où sera assemblée sa navette suborbitale. Si les lancements devraient être menés depuis les Canaries et d'autres sites, le futur complexe est appelé à devenir le quartier général de la société.

 

Du côté de celle-ci, la croissance continue: de 65 collaborateurs aujourd'hui, les effectifs pourraient tripler avec la création d'une centaine de postes nouveaux et de places d'apprentissage à terme sur le futur site qui accueillera à la fois le centre administratif de S3 et une halle au sein de laquelle sera opéré l’assemblage et l’intégration de la navette suborbitale SOAR et un hangar pour les aéronefs. L'autre activité majeure de S3, le développement d'un dispositif de lancement de satellites aéroporté, largement réutilisable, sera également piloté depuis Payerne, même si les lancements devraient être menés ailleurs dans le monde. Un musée, un restaurant et des salles de séminaire devraient compléter le projet, dont le dessin a été confié au bureau d’architectes Lateltin & Monnerat de Fribourg.

70 millions de francs de budget

Si les seuls mouvements prévus devraient concerner des transferts d'appareils et de la future navette de et vers le spaceport, l'activité aérospatiale de S3 s'intègre cependant parfaitement à la vocation de l'Aéropôle I, qui, en lien direct avec l'aérodrome voisin, devrait déployer un grand nombre d'activités liées à l'aéronautique sur près de 150'000m2. L'Aéropôle I s'intègre dans le vaste complexe du par technologique et industriel de la Broye, porté par la commune et la COREB (Communauté régionale de la Broye), qui s'étend sur 400'000m2 au total.

Sur place, «le but est de mettre à l’enquête d’ici la fin de l’année 2014. C’est une mise à l’enquête de six mois car il s’agit d’un terrain lié à une infrastructure fédérale. Il faut compter ensuite deux ans de construction pour mise en service en 2017», explique Grégoire Loretan, porte-parole de S3. Le budget du spaceport s'élève à 70 millions de francs environ (comprenant les 5'600'000 francs du terrain).

Du côté des autorités locales, l'enthousiasme est de mise: «Nous avons été positivement surpris de voir cette entreprise unique en son genre choisir notre commune afin de s’y implanter. Nous avons à cœur d’apporter à S3 le soutien nécessaire pour qu’elle puisse se développer ici. Nous sommes contents de voir aujourd’hui se concrétiser leur implantation sur l’Aéropôle, y rejoignant ainsi des entreprises importantes», se félicite Christelle Luisier Brodard, syndique de Payerne.

Du côté de S3, le choix de Payerne n'a pas été fait au hasard: «Payerne représentait un endroit idéal afin de nous installer, de par sa situation géographique centrale, les cerveaux et le savoir-faire disponibles dans un rayon proche, de même que la qualité de ses infrastructures, notamment son aérodrome. Son dynamisme nous permet une implantation durable et un développement au sein de l’Aéropôle I. C’est là que nous souhaitons construire un spaceport et y effectuer l’assemblage et l’intégration de notre navette suborbitale, créant par là même des emplois à forte valeur ajoutée», note Pascal Jaussi, son fondateur et CEO.

Cet accord sur le foncier suisse intervient quelques semaines à peine après l'implantation d'une filiale de S3 au Kennedy Space Center en Floride, au coeur du plus vaste complexe aérospatial au monde. Après les accords signés avec des partenaires russes et internationaux et l'installation d'une autre filiale aux Canaries, S3 continue donc de tisser sa toile à grande vitesse.

Prochaines étapes du côté de Swiss Space Systems: «Dès le deuxième semestre 2014 la fin de la phase de design préliminaire, avec tests en soufflerie pour la maquette de la navette, et des drop tests (lâcher de maquette de la navette depuis hélicoptère), puis, fin 2015, la fin de la phase de R&D avec le design définitif avant de passer en production; en 2016-2017 la phase de fabrication (éléments fabriqués à l’étranger par les partenaires industriels de S3), assemblage, intégration et tests  à Payerne, en 2017 des vols tests de l’avion-porteur et de la navette et au deuxième semestre 2018 les premiers vols commerciaux», détaille Grégoire Loretan.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."