Bilan

Qui se cache derrière CNN Money Switzerland?

Pour son lancement mercredi à Zurich, le management de la branche helvétique du géant CNN a présenté grandes ambitions, tout en refusant de dévoiler la nature de son financement.

L'identité des propriétaires de CNNMoney Switzerland n'a pas été dévoilée lors de la conférence de presse de lancement.

Etrange exercice. Mercredi à Zurich, le management de CNN Money Switzerland a convoqué la presse économique pour annoncer son lancement sur les ondes le 24 janvier prochain, à l’occasion de la couverture du prochain World Economic Forum. La star Richard Quest apparaît en vidéo pour un message de bienvenue. Les intervenants de l’équipe fondatrice se succèdent et délivrent tous leurs discours en anglais. Parfaitement rodé, le show à l’américaine démontre l’aisance des journalistes aux profils internationaux, dont nombre sont de langue maternelle anglaise.

L’ambiance se détériore immédiatement au moment des questions des journalistes qui s’inquiètent du modèle d’affaires et du financement du projet. Un projet indiscutablement richement doté. La chaîne dispose à Zurich et à Genève de deux studios aux derniers standards technologiques, et en construit un troisième dans la région de Gland. Le personnel comporte 27 professionnels. Le rédacteur en chef Urs Gredig est une star recrutée à la SRF, la télévision alémanique.

« CNNMoney Switzerland est une société privée détenue à 80% par le management. Nous n’avons pas à répondre aux questions concernant le budget ni les aspects financiers », objecte le président du conseil d’administration Julien Pitton. Ainsi, on ne saura rien au sujet de qui finance la chaîne, ni sur la hauteur des montants investis, pas plus que sur la manière dont CNNMoney Switzerland compte gagner de l’argent grâce à ses activités.

Comment interpréter de tels investissements par des acteurs préférant rester anonymes dans un média qui n’a apparemment élaboré aucune stratégie afin de dégager un revenu ? Une hypothèse est que les propriétaires de la chaîne cherchent avant tout à bénéficier d’une plateforme multimedia, au bénéfice du renom de la marque CNN, afin de se mettre en avant. Leur intérêt pourrait aussi être de favoriser la médiatisation de partenaires d’affaires. Une hypothèse alimentée par le profil du président de CNNMoney Switzerland, Julien Pitton qui a fait toute sa carrière dans des banques, chez Edmond de Rotschild, Ferrier Lullin et Paribas. On peut imaginer qu’il jouit d’un dense réseau d’affaires.

"Les meilleurs des meilleurs"

Mais dans le studio où sont réunis les participants à la conférence de presse, il faudra se contenter d’un discours triomphaliste tenu par l’initiateur du projet Christophe Rasch : « Nous avons recruté les meilleurs parmi les meilleurs. Nous serons partout. Nous proposons quelque chose de complètement nouveau. Nous n’avons aucun concurrent comparable sur le marché et ne pouvons donc pas présenter d’objectif chiffré d’audience. »

Aspect souligné par le Tages Anzeiger du même jour, le CEO Christoph Rasch est également le directeur fondateur de Media Go, la société partenaire de CNNMoney Switzerland. Or la société Media Go fournit des contenus multimédias à des clients commerciaux. Le journaliste a rétorqué au quotidien zurichois que les journaux, comme ceux de Tamedia auquel appartient le Tages Anzeiger sont aussi payés par des publicités et publient aussi des contenus payés par des partenaires. Circulez, y’a rien à voir.

Passons aux informations pratiques. Dès le 24 janvier, CNNMoney Switzerland diffusera trois heures de direct quotidien entre 18h et 21h et rediffusera les directs de la veille. Le canal reprendra aussi différents programmes phares de CNN International. Les programmes seront disponibles à la télévision par l'intermédiaire des opérateurs habituels, ainsi que sur les réseaux sociaux.

 

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."