Bilan

Pouly se restructure vers plus d’efficience

Quelques mois après avoir pris la tête du groupe, Christophe de Rolland dévoile pour la première fois les mesures prises pour assainir cet acteur majeur de la boulangerie en Suisse romande.

Christophe de Rolland, CEO, et Sindy Pouly, présidente du conseil d’administration.

Crédits: Lionel Flusin

Après avoir effectué une mission de onze mois en 2015 au côté de Pierre Laugeri (beau-fils de feu Aimé Pouly et alors CEO), Christophe de Rolland, 57 ans, «manager de transition», a repris le 2 janvier dernier la direction générale du groupe Finalim (les boulangeries Pouly, l’usine Le Fournil Romand à Satigny et la franchise Pain Paillasse). «J’ai proposé un plan sur trois ans visant à renouer avec une croissance contributive», résume-t-il. Ce dernier avait déjà effectué avec Pierre Laugeri une due diligence du groupe, ce qui lui a permis d’avoir une bonne vision de l’entreprise et de proposer un plan qui prévoit un retour à l’équilibre dès 2019. 

«Après neuf mois, nous sommes toujours aussi contents de nos choix», indique Sindy Pouly, fille d’Aimé Pouly et présidente du conseil d’administration du groupe. Christophe de Rolland n’est certes pas issu du secteur agroalimentaire, mais il connaît le marché suisse du commerce de détail pour y avoir implanté la marque de mode Manoukian. «Surtout, j’ai participé à l’opération ayant abouti à faire entrer dans le capital de Pouly la société genevoise de private equity ACE & Company.»

Son plan préconise diverses mesures. La première: la mise en place d’un parc de magasins homogènes sous une même identité visuelle. Voilà pourquoi l’arcade du Café Saint-François à Lausanne a été fermée. Deuxième mesure: les petits magasins de proximité ont changé de mode d’exploitation. Désormais, Pouly garde le fonds de commerce et les confie en gérance.

«L’idée est d’avoir des commerçants du quartier qui exploitent nos tea-rooms/boulangeries. Nous avons planifié le transfert de 25 points de vente sur les 60 que nous avons – après la récente rationalisation du parc qui a amené à céder une dizaine d’emplacements.» Cela étant, le groupe Aimé Pouly s’apprête aussi à ouvrir le 1er décembre un nouveau point de vente, au sein du centre commercial Malley Lumières à Prilly (VD). «Nous sommes à l’affût des opportunités», observe le CEO. 

Troisième mesure: arriver à 80% d’offres communes dans l’ensemble du réseau Pouly et 20% de produits qui peuvent être spécifiques à l’emplacement. «Nous sommes très présents
dans les gares et avons observé que nous avions perdu la clientèle étudiante. D’où l’idée de ressortir un sandwich ciblant les étudiants en étant plus grand, mieux garni et très nutritif.»

Autre exemple, le fameux pastel di nata, cette pâtisserie portugaise: «Comme nous bannissons totalement l’huile de palme, nous effectuons des tests pour parvenir à un résultat concluant avant de le lancer.» A l’inverse, le sandwich veggie (falafel), lancé en mars dernier en test, est devenu un des produits leaders du réseau.

Logistique externalisée

Quatrième mesure: la logistique a été externalisée auprès d’un spécialiste, XPO Logistics, «pour gagner en performance». N’est-ce pas une erreur que de confier sa logistique à un tiers quand on mise sur la fraîcheur?

«Au contraire, nous avons mis au point des cahiers des charges millimétrés pour être plus efficients qu’auparavant. L’avantage de XPO est qu’il bénéficie de ressources complémentaires très facilement mobilisables», insiste Christophe de Rolland. «Tous nos livreurs ont été repris par le prestataire», ajoute Sindy Pouly. Depuis
le début de cette année, les magasins ont gagné 2 à 3% de fréquentation par mois. 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."