Bilan

Planair, un pionnier du renouvelable

Le bureau d’ingénieurs-conseils neuchâtelois a doublé son chiffre d’affaires depuis 2010. Son effectif s’est envolé de 12 à 85 employés entre 2005 et 2016, mais il peine à recruter.

A 62  ans, le fondateur Pierre Renaud se retirera de la direction opérationnelle au 1er janvier 2018.

Crédits: Jean-Paul Guinnard/24h

Pierre Renaud n’a pas attendu la stratégie énergétique 2050 du Conseil fédéral pour promouvoir les énergies renouvelables et la protection de l’environnement. En 1985, ce diplômé en mécanique de l’Ecole polytechnique de Zurich fonde Planair dans son village de La Sagne, situé entre La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel. A cette époque, il figure parmi les pionniers du développement durable en Suisse.

«J’avais une approche militante de mon activité avec une volonté de faire bouger les choses. Cet esprit combatif ne m’a jamais quitté. En revanche, le contexte dans lequel j’évolue aujourd’hui a complètement changé. L’optimisation énergétique est désormais devenue la norme», constate Pierre Renaud. Son bureau d’ingénieurs-conseils en énergies et environnement est présent dans les techniques du bâtiment (chauffage, isolation, ventilation, électricité, sanitaire) ainsi que dans la planification énergétique pour les collectivités publiques et le secteur privé.

Au fil des années, Planair a ouvert quatre filiales en Suisse romande et deux en France voisine afin d’être la plus proche possible du terrain. Elle projette de s’étendre dans le canton de Berne et en Valais. Même si cette entreprise a ramé à contre-courant pendant une bonne quinzaine d’années, elle a néanmoins enregistré une croissance régulière de ses activités avant de décoller au cours des dix dernières années. De 2,1 millions de francs en 2005, son chiffre d’affaires a atteint 5 millions de francs en 2010, puis 10 millions de francs en 2016. Son effectif a suivi une tendance similaire. Il compte actuellement 85 collaborateurs, contre douze en 2005.

Pour continuer de croître, Planair recherche un ingénieur en physique du bâtiment, un technicien ou ingénieur en énergétique du bâtiment et plusieurs chefs de projet. Au total, huit postes sont mis au concours. «L’emploi constitue un véritable défi car nous ne parvenons que difficilement à trouver les compétences adéquates», regrette Pierre Renaud dont l’entreprise forme six apprentis. «On préfère aiguiller les jeunes, déplore-t-il, vers les études académiques plutôt que vers la formation duale.» 

Pour un fonds de soutien pour l’assainissement des bâtiments

Si le fondateur de Planair salue la politique énergétique 2050, il estime que la Confédération ne devrait pas se contenter de subventionner l’assainissement des bâtiments. «Je postule la création d’un fonds de soutien doté de 100 millions de francs. Une telle initiative est nécessaire en raison de la frilosité des banques à financer les investissements», affirme Pierre Renaud.

A 62  ans, le Neuchâtelois a déjà assuré sa succession. Au 1er janvier 2018, il se retirera de la direction opérationnelle pour ne conserver que la présidence du conseil d’administration. Le capital de la société, qui sera transformée en une holding, passera alors en main de six collaborateurs. Dans quelques mois, Planair tournera donc une page de son histoire. Mais son fondateur continuera de conduire sa stratégie. Il aura fort à faire avec une concurrence qui devient plus rude en raison de l’arrivée sur le marché de fournisseurs d’électricité comme Romande Energie et le groupe bernois BKW. Pierre Renaud disposera aussi de davantage de temps pour superviser un projet phare de sa société au Mali: la transformation de plantes aquatiques nuisibles en électricité. 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."