Bilan

Pfizer annonce des résultats décevants

Le laboratoire Pfizer a été affecté par les génériques, au moment où Donald Trump critique les prix des médicaments.

Pour 2017, le groupe table sur des revenus compris entre 52 et 54 milliards de dollars.

Crédits: AFP

Affecté par les génériques, le laboratoire Pfizer a annoncé mardi des résultats 2016 inférieurs aux attentes et table sur une croissance ralentie de ses revenus en 2017 au moment où Donald Trump critique les prix des médicaments.

Le bénéfice net a progressé l'an dernier de 7,3% à 14,76 milliards de dollars, dont 2,89 milliards (-12,46%) au quatrième trimestre, a indiqué dans un communiqué le groupe pharmaceutique.

Ces résultats se traduisent par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 2,40 dollars pour l'année et de 0,47 dollar pour les trois derniers mois, contre 2,41 dollars et 0,50 dollar anticipés en moyenne par les marchés.

Le chiffre d'affaires, qui intègre les revenus de la biotech Medivation et du spécialiste des produits injectables Hospira, est également inférieur aux attentes aussi bien sur l'année (52,82 milliards de dollars en hausse de 8,13% sur un an) que sur le trimestre (13,63 milliards, en baisse de 3%). Les marchés financiers espéraient respectivement 52,86 milliards de dollars et 13,63 milliards.

Hormis Hospira et Medivation, les revenus annuels ont reculé de 1,5% sur un an et de 12,4% au quatrième trimestre, a indiqué Pfizer qui a également pâti des effets de change défavorables et de baisse des ventes des vaccins de la famille Prevnar contre les infections invasives comme la pneumonie et la méningite.

A Wall Street, le titre reculait de 1,21% à 30,93 dollars vers 13H00 GMT dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.

Gros manque à gagner

Pour 2017, le groupe table sur des revenus compris entre 52 et 54 milliards de dollars pour un bénéfice par action ajusté de l'ordre de 2,50 à 2,60 dollars. Les marchés anticipent, eux, 54,03 milliards de dollars pour ce qui est du chiffre d'affaires et 2,57 dollars pour le bénéfice par action.

Ces prévisions décevantes sont dues au fait que le numéro un américain de la pharmacie prévoit un manque à gagner de 2,4 milliards de dollars lié à la concurrence de médicaments biosimilaires qui vont notamment rogner les recettes de son anti-inflammatoire Enbrel.

"La croissance opérationnelle au quatrième trimestre a été impactée négativement par de bas revenus d'Enbrel dans la plupart des marchés développés en Europe, principalement à cause de la concurrence des biosimilaires", souligne Pfizer.

Pour éviter une érosion de ses revenus, le fabricant du Viagra compte néanmoins sur le médicament contre le cancer du sein métastatique Ibrance et le traitement de la prostate Xtandi, censés générer chacun plus d'un milliard de dollars de revenus au moins par an.

Il pourrait aussi poursuivre ses acquisitions, estiment les analystes, qui font valoir que la croissance externe est la voie par laquelle Pfizer devrait réussir à augmenter ses revenus à court terme parce qu'un grand nombre de ses brevets est en train d'expirer en même temps.

Les baisses massives d'impôts pour les entreprises promises par l'administration Trump pourraient également conduire Pfizer à rapatrier son gros trésor de guerre stocké à l'étranger et doper ainsi ses bénéfices.

En attendant, le laboratoire va devoir répondre aux critiques de M. Trump, qui dénonce les prix vertigineux des médicaments pratiqués par l'industrie, après une série de scandales l'an dernier.

Le locataire de la Maison Blanche estime que les géants pharmaceutiques ont des prix abusifs et a en conséquence émis l'idée de lancer des appels d'offres pour les médicaments remboursés par le gouvernement fédéral.

Une réunion sur la question est prévue ce mardi à Washington entre l'entourage du président américain et des patrons de groupes pharmaceutiques.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."