Bilan

Lindt & Sprüngli voit son bénéfice net augmenter

Le chocolatier Lindt & Sprüngli a vu son bénéfice net augmenter de 5,7% à 76,3 millions de francs sur les six premiers mois de l'année.

Le groupe a souffert de ventes en repli de 3,0% en Amérique du Nord.

Crédits: Keystone

Lindt & Sprüngli a enregistré une croissance organique de 3,6% sur les six premiers mois de l'année, un chiffre largement en dessous des attentes des analystes. Le chocolatier a évolué dans des conditions de marché "difficiles". Les ventes devraient s'accélérer au deuxième semestre, toutefois la croissance organique est attendue en dessous de l'année dernière et non plus au même niveau comme précédemment annoncé, a indiqué la société mardi.

Le bénéfice net a augmenté de 5,7% à 76,3 mio CHF sur les six premiers mois de l'année. Le résultat opérationnel (Ebit) a progressé de 6,7% à 105,0 mio CHF, pour une marge afférente en hausse de 20 point de base à 6,8%. Les ventes se sont inscrites en hausse de 3,1% à 1,55 mrd, correspondant à une progression de 3,6% en monnaies locales. Les flux de trésorerie ont progressé à 343,9 mio CHF.

La croissance organique a été entravée par des ventes en repli de 3,0% à 558,1 mio CHF en Amérique du Nord. La région a subi les conséquences du réalignement de Russel Stover sur le marché du chocolat aux Etats-Unis, dont le rétablissement nécessite plus de temps qu'initialement prévu. Le repositionnement inclut la suppression de produits non rentables et l'introduction de nouveaux concepts, avec un relancement prévu de la gamme sans sucre au deuxième semestre. Le Canada a de son côté enregistré une hausse des ventes à deux chiffres.

En excluant les ventes en repli de Russel Stover, la croissance organique a atteint 6,6%, un chiffre en ligne avec les objectifs de croissance à moyen et à long terme, précise le communiqué.

Les résultats au premier semestre manquent les prévisions du consensus à tous les niveaux, mis à part la marge Ebit, qui était effectivement attendue à 6,8%. Les analystes tablaient sur un chiffre d'affaires de 1,6 mrd CHF, un Ebit de 109,7 mio et un bénéfice net de 78,0 mio. La plus grosse déception est celle de la croissance organique, qui était attendue à 6,4%.

Ouverture de 20 nouvelles boutiques

Les ventes ont dépassé la croissance du marché en Europe, avec une hausse de 6,0% à 759,8 mio CHF. Le chiffre d'affaires a fortement progressé sur les deux plus grands marchés européens du chocolat, en Allemagne et au Royaume-Uni ainsi qu'en Autriche et en Espagne. La croissance se fait également prometteuse sur les marchés plus récemment développés, en Russie, en Pologne et en République Tchèque.

Le segment "reste du monde" a enregistré un solide développement sur les marchés émergents, en particulier au Brésil, en Chine, au Japon et en Afrique du Sud. Les bases sont désormais posées pour "poursuivre l'expansion", se félicite le chocolatier. Les ventes ont progressé de 14,0% à 230,8 mio CHF.

Au premier semestre, 20 nouvelles boutiques ont été ouvertes au Japon, au Canada et en Europe. L'objectif de 30 nouveaux magasins sur l'ensemble de l'année 2017 sera dépassé.

Si les objectifs à long terme ont été confirmés, à savoir une hausse de 20 à 40 points de base de la marge Ebit et une croissance organique comprise entre 6 et 8%, la direction est apparue plus réservée sur les prévisions pour l'année en cours. Alors que la croissance organique était auparavant attendue à un niveau similaire à celui de 2016, elle est désormais anticipée légèrement en-dessous, notamment en raison de la situation en Amérique du Nord.

Toutefois la rentabilité devrait être améliorée, la marge opérationnelle étant attendue en hausse. La société est confiante de réussir à faire mieux que la croissance moyenne du marché.

La plupart des analystes s'attendent à ce que le titre soit chahuté à la Bourse, la croissance organique étant le principal moteur du cours, comme le souligne UBS.

Par ailleurs, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) fait confiance à la direction pour remettre sur pied Russel Stover à moyen terme. Les analystes estiment qu'une forte correction du cours constituerait une bonne opportunité pour acheter le titre, dans la mesure où le plus-bas de la croissance a certainement été atteint au premier semestre.

Vers 9h25, la nominative Lindt perdait 4,7% à 62'190 CHF. Le SLI s'inscrivait en hausse de 0,22%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."