Bilan

Les CFF attribuent les retards à un nouvel outil informatique

Les retards et suppressions de trains de ces derniers temps s'expliquent en partie par un nouvel outil de planification que les collaborateurs ne maîtrisent pas encore totalement.

En plus des chantiers et incidents habituels, les CFF justifient plusieurs retards ou suppressions de trains par du personnel manquant.

Crédits: keystone

Les retards et autres suppressions de trains qui se multiplient ces derniers temps s'expliquent en partie par les défauts de jeunesse du nouvel outil de planification d'engagement du personnel. Les collaborateurs ne maîtrisent encore que les 90% environ du système.

En plus des chantiers et incidents habituels, les CFF justifient plusieurs retards ou suppressions de trains ces dernières semaines par du personnel manquant. Cette situation est due au récent changement du système qui organise l'engagement des contrôleurs et autres mécaniciens, a indiqué vendredi Christian Ginsig confirmant une information de la Neue Zürcher Zeitung.

Regrettant ces actuelles difficultés d'exploitation qui entraînent beaucoup de dérangements, M.Ginsig note que le système, baptisé SOPRE, doit organiser la répartition du travail de quelque 20'000 employés dans un millier de trains. Le personnel informatique doit encore apprendre à le connaître en détail. Son prédécesseur a atteint les limites de durée de vie.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."