Bilan

Légère comme le vent, Alpine fait son grand retour

La mobilité individuelle évolue à toute allure mais reste une question de poids. Au Salon de Genève, les nouveautés pèsent toujours plus lourd. A l'exception de l'A110 d'Alpine. Un moteur de 1,8 litre pour le poids d'une Clio.
  • Ce modèle s'est défait des systèmes de sécurité qui sont aujourd'hui la règle.

  • A 64000 euros, le véhicule pèsera toutefois sur le portemonnaie.

Au salon l’auto de Genève, un rapide tour d’horizon des stands permet de constater une prise de poids impressionnante pour les nouvelles voitures. Tous les SUV et berlines produits dans le nord de l’Europe atteignent désormais deux tonnes. Une réalité en contradiction totale avec la communication qui prêche l’efficacité, le respect de l’environnement et une certaine responsabilité citoyenne. Les nouvelles BMW et Mercedes-Benz sont plus grandes, plus puissantes et plus lourdes que jamais.

Volvo renouvelle un modèle qui représente 30% de ses ventes, la XC60, avec 1.9 tonne d’acier ultra-solide, selon Sebastian Schnyder, responsable produit et ventes auprès du constructeur sino-suédois en Suisse. « Dans la catégorie, nous offrons plus de sécurité que quiconque. Et les systèmes accumulés pèsent leur poids. J’aimerais aussi une XC60 d’1.2 tonne mais cela n’est pas possible au niveau économique. Les matériaux, leur production rendrait la voiture trop chère », dit-il.

Question : est-ce le chant du cygne d’une industrie confrontée au futur partage de l’automobile, où les marques auront peu d’importance tant que le véhicule sera disponible à l’heure H, et au point P?

Lire aussi : Les Suisses roulent dans de puissantes voitures

A deux pas de là, Alpine - glorieuse marque française en sommeil depuis 1995 - prouve l’exact contraire avec l’A110. Du nom de la berlinette créée à la fin des années 1950 et star des rallies alpins pendant les années 60 et 70, le véhicule pèse 1080 kg tous pleins faits. Une coque tout aluminium collé, riveté et vissé avec un moteur d’1.8l, fruit de l’alliance Renault-Nissan, placé en position centrale-arrière. Il faut voir la voiture toute nue, comme son train avant, pour y croire… A 64000.- francs l’édition de lancement disponible dès cet automne, il ne s’agit pas exactement d’un véhicule tout-public mais l’initiative emballe.

C’est une voiture pour le plaisir qui, ne pesant que le poids d’une Renault Clio 2, doit être aussi agile que rapide. Grâce à sa masse contenue, le bolide reste dans les mains de son pilote sans s’embarrasser de pléthore de systèmes préventifs. Les ingénieurs qui la présentent ont tous l’air athlétiques, comme la nouvelle voiture. Ils expliquent que leurs choix font référence au modèle d’origine plus petit, plus léger et moins puissant, ainsi que dépourvu de systèmes de sécurité ignorés à l’époque.

Lire aussi: Comment Peugeot veut faire face à la révolution routière

L’A110 est produite à Dieppe, berceau de la marque. Elle a été conçue aux Ulis chez Renault-Sport et sa suspension à doubles triangles, à admirer sur le stand, doit offrir le même confort dans les lacets de cols qu’en utilisation quotidienne. C’est une promesse qui, parions-le, connaîtra un joli succès. Toute la production de l’année 2017 (1955 véhicules) est déjà réservée. Pour mettre la main sur un modèle produit en 2018, il faut télécharger l’application Alpine, verser 2000€ et hop! Par ce biais, vous avez toutes les chances de pouvoir vous approprier ce mythe bien français, attachant et probablement très amusant à conduire.

Henry Plouïdy

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."