Bilan

Le vice-président de Roche soutient l'initiative "Economie verte"

Contrairement à l'écrasante majorité des entreprises suisses, dont celle qui l'emploie, le vice-président de Roche André Hoffmann est persuadé du bien-fondé de l'initiative "Economie verte".

"Je ne me fais pas de soucis. Nos universités et nos firmes sont tout à fait capables de fournir les innovations nécessaires", déclare André Hoffmann.

Crédits: Keystone

Le vice-président de Roche André Hoffmann soutient à titre personnel l'initiative "Economie verte", contrairement à l'écrasante majorité des entreprises suisses, dont celle qui l'emploie. Persuadé du bien-fondé de ce texte, il pense que le Parlement saura le concrétiser sans nuire à l'économie suisse.

"Je ne me fais pas de soucis. Nos universités et nos firmes sont tout à fait capables de fournir les innovations nécessaires", déclare André Hoffmann dans une interview publiée par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. Selon lui, la Suisse ne peut se permettre de rester marginalisée au tournant écologique et en matière de révolution "cleantech".

"Comme toute entreprise libérale, Roche voit certes d'un très mauvais oeil les réglementations étatiques. Pourtant je crois que nous ne pourrons pas échapper à une certaine régulation", explique le vice-président de la société pharmaceutique.

Vendredi, le responsable environnement et énergie du groupe Novartis Markus Lehni déclarait dans les colonnes de plusieurs quotidiens que l'objectif des auteurs de l'initiative - réduire l'empreinte écologique à un niveau supportable pour la planète d'ici 2050 - était réaliste "pour une entreprise". Avant de nuancer: "Mais la situation d'une entreprise n'est pas comparable à celle de l'économie d'un pays ou de la planète".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."