Bilan

Le fondateur d'IKEA est décédé à 91 ans

Le fondateur d'IKEA Ingvar Kamprad, qui résidait à Epalinges dans le canton de Vaud, est décédé samedi à l'âge de 91 ans. Il avait fait des dons à des collectivités ou institutions de la région.

Les appartements protégés pour aînés que M. Kamprad a financés par un don de 10 millions sont en passe d'être terminés.

Crédits: keystone

Le syndic d'Epalinges (VD) Maurice Mischler, s'est déclaré "très touché" dimanche par décès du fondateur d'Ikea qui avait vécu de 1976 à 2013 dans la commune. "C'était quelqu'un que nous avons beaucoup apprécié à Epalinges", a-t-il relevé.

M. Kamprad est rentré en Suède en nous laissant un bon souvenir. D'ailleurs, les appartements protégés pour aînés qu'il a financés par un don de 10 millions sont en passe d'être terminés. La maison va ouvrir dans quelques semaines", a déclaré Maurice Mischler dimanche à l'ats.

"On savait qu'il n'était pas très bien mais on voulait essayer de faire peut-être quelque chose par téléphone pour marquer le coup", a relevé le syndic qui a adressé les condoléances de la commune à sa famille. "Ses trois enfants ont fait l'école à Epalinges", a-t-il rappelé.

Corps avec son entreprise

M. Kamprad avait un caractère bien trempé. c'était quelqu'un de très riche et très intéressant. Il parlait mal le français, malgré des cours. Sa professeure disait qu'il était un cas désespéré, ce dont il riait, raconte M. Mischler. Surtout, il faisait corps avec son entreprise, Il avait toujours plein d'anecdotes à raconter à son sujet.

S'il comptait parmi les hommes les plus riches du monde, "ça se voyait très peu. C'est vrai qu'il était regardant. Quand il vous invitait, il faisait le café. Il ne vivait pas dans le luxe. Mais on voyait que c'était naturel chez lui", se remémore le syndic qui a rappelé que M. Kamprad était taxé au forfait fiscal, comme beaucoup d'autres étrangers.

Raisons familiales

"Ingvar Kamprad est parti de Suisse suite au décès de son épouse pour des raisons de famille et non fiscales", a indiqué pour sa part le grand argentier vaudois Pascal Broulis. Il voulait mourir chez lui.

"Avant de partir, il s'est montré généreux pour remercier de l'accueil qu'il avait reçu. Il a notamment fait des dons à des collectivités ou institutions de la région, dont 3,2 millions à Pro Senectute Vaud et 10 millions pour aider des enfants aveugles et malvoyants en Suisse romande, a rappelé le conseiller d'Etat.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."