Bilan

Le financement des PME est stable, selon le Seco

La situation du financement des PME suisses ne devrait pas se péjorer dans un avenir proche. Fin 2016, les crédits bancaires aux PME représentaient un volume de 295 milliards de francs.

Fin 2016, le marché des crédits aux PME des banques en Suisse représentait un volume de 295 milliards de francs.

Crédits: Keystone

La situation du financement des petites et moyennes entreprises (PME) en Suisse est stable et ne devrait pas se péjorer dans un avenir proche, indique jeudi un sondage mené par l'Institut pour des services financiers (IFZ) pour le compte du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Fin 2016, les crédits bancaires aux PME représentaient un volume de 295 mrd CHF.

"Seule une minorité de PME a dû faire face à une dégradation de sa situation du financement suite à l'introduction de taux d'intérêts négatifs et à la levée du taux plancher face à l'euro par la Banque nationale suisse (BNS) en janvier 2015", relèvent les chercheurs de l'IFZ.

Par ailleurs, l'étude souligne qu'au cours des huit dernières années, la situation du financement des PME suisses n'a guère changé. Près des deux-tiers des entreprises continuent de se financer exclusivement au moyen de fonds propres, détaille le communiqué.

Quelque 38% des PME ont également recours au financement externe, principalement des hypothèques, des crédits en compte courant, des prêts et des leasings. Et la part des petites et moyennes entreprises ayant recours au crédit bancaire s'élève à 32%. "Seuls 6 % des demandes de crédit déposées ont été rejetées", affirme le sondage.

Fin 2016, le marché des crédits aux PME des banques en Suisse représentait un volume de 295 mrd CHF. Deux tiers de ce volume reviennent aux microentreprises comptant moins de 10 employés. Globalement, les PME semblent satisfaites de leurs relations bancaires. Seuls 2% des entreprises ont changé de banque l'an passé.

Les financements alternatifs comme le "crowdlending" ou "factoring" bien qu'en hausse demeurent négligeables, a déclaré à AWP, Martin Godel, le chef de l'unité Politique PME au Seco.

Pour la majorité des petites et moyennes entreprises, l'abandon du taux plancher EUR/CHF par la Banque nationale suisse (BNS) et l'introduction des taux négatifs n'ont pas provoqué de dégradation "significative" de la situation du financement ou de diminution des investissements, selon le sondage.

"Sur la totalité des entreprises interrogées, seuls quelque 5 % paient effectivement des taux d'intérêts négatifs", peut-on lire.

Ce sondage s'est basé sur les réponses de 1922 entreprises et a été menée en novembre 2016.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."