Bilan

Le Conseil fédéral ne veut pas élargir la couverture des télés régionales

Le Conseil fédéral rejette la revendication de la commission des télécommunications du National pour étendre la zone de desserte journalistique des télévisions régionales.

Actuellement, une entreprise ne peut obtenir plus de deux concessions de télévision et deux concessions de radio.

Crédits: Keystone

Les télévisions régionales ne devraient pas voir leur zone de desserte journalistique étendue. Le Conseil fédéral rejette cette revendication de la commission des télécommunications du National. Il ne s'oppose en revanche pas à une concentration des entreprises.

Ces deux revendications ont été lancées dans le cadre de la fronde menée par la majorité de la commission contre la SSR. Son idée est de renforcer les offres de service public hors celles proposées par le diffuseur national.

Actuellement, une entreprise ne peut obtenir plus de deux concessions de télévision et deux concessions de radio. Cette restriction n'a pas été aussi efficace que prévu ces dix dernières années, reconnaît le Conseil fédéral dans sa réponse publiée jeudi.

Diverses formes de coopération entre les diffuseurs peuvent considérablement en réduire la portée. La rigidité du mécanisme empêche en outre un développement adéquat. Le gouvernement est donc prêt à proposer la suppression de cette clause dans la nouvelle loi sur les médias électroniques, qu'il mettra en consultation au printemps.

Le Conseil fédéral ne veut en revanche pas céder sur les zones de desserte. Tout diffuseur au bénéfice d'une concession a pour mandat d'assurer la couverture journalistique de la région qui lui a été attribuée.

Il est déjà possible d'émettre dans toute la Suisse des programmes régionaux via le câble et Internet. Commercialement, une extension des zones de desserte ne promettrait guère de gains tangibles. Elle pourrait entraîner soit une diminution du nombre de régions, ce qui poserait des problèmes du point de vue du fédéralisme.

Ou alors les chevauchements entre zones augmenteraient. Or il faut éviter que les télévisions bénéficiant d'une quote-part se livrent concurrence avec les fonds issus de la redevance ou que cette dernière finance de coûteux doublons de desserte.

Enfin, une extension des zones de desserte journalistiques aurait tendance à provoquer une augmentation des dépenses liées à la couverture des événements politiques, sociaux et culturels dans la région, sans garantir de revenus commerciaux supplémentaires.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."