Bilan

Lafarge inculpé pour "complicité de crimes contre l'humanité" en Syrie

Le cimentier Lafarge a été mis en examen jeudi notamment pour "complicité de crimes contre l'humanité". Il est accusé d'avoir financé des groupes djihadistes, dont l'EI en Syrie.

Le cimentier confirme que "des erreurs individuelles inacceptables ont été commises en Syrie jusqu'à l'évacuation du site en septembre 2014".

Crédits: rts

Le cimentier Lafarge a été mis en examen jeudi notamment pour "complicité de crimes contre l'humanité". Il est accusé d'avoir financé des groupes djihadistes, dont l'organisation Etat islamique en Syrie, pour maintenir son activité en pleine guerre.

L'enquête concerne les activités de Lafarge dans son usine syrienne de Jalabiya, au nord du pays, entre 2011 et 2014, a confirmé LafargeHolcim jeudi dans un communiqué.

Entendu jeudi par les trois juges chargés de cette enquête hors-norme, Lafarge SA, holding actionnaire majoritaire de la filiale syrienne Lafarge Cement Syria (LCS) mise en cause, a été mise en examen également pour "financement d'une entreprise terroriste" et "mise en danger de la vie" des anciens salariés de l'usine de Jalabiya.

Cette décision de mises en examen est "conforme" aux réquisitions du parquet de Paris, a précisé une source judiciaire à l'AFP. Lafarge SA est soumis à un contrôle judiciaire comprenant une caution de 30 millions d'euros (34,3 millions de francs).

Lafarge fera appel

A l'exception de la qualification des accusations, la mise sous examen était "attendue" dans la mesure où plusieurs de ses anciens cadres avaient déjà été mis en examen judiciaire, a précisé le cimentier.

Si l'entreprise admet que le système de supervision de la filiale syrienne n'a pas permis "d'identifier les manquements survenus", elle insiste sur le fait que les violations "sans précédent" des règlements internes sont le fruit de "quelques personnes qui ont quitté le groupe". Ainsi, ce dernier "fera appel des infractions reprochées qui ne reflètent pas équitablement les responsabilités de Lafarge SA".

L'annonce intervient après huit mises en examen de cadres et dirigeants ces derniers mois, dont l'ancien PDG de Lafarge de 2007 à 2015, Bruno Lafont, pour financement d'une entreprise terroriste et/ou mise en danger de la vie d'autrui.

Dans son communiqué, le cimentier confirme que "des erreurs individuelles inacceptables ont été commises en Syrie jusqu'à l'évacuation du site en septembre 2014". Il a assuré qu'il continuerait à "pleinement coopérer" avec les autorités.

Près de 13 millions d'euros versés

Le groupe français, qui a fusionné en 2015 avec le st-gallois Holcim pour former LafargeHolcim, est soupçonné d'avoir versé au total via sa filiale LCS près de 13 millions d'euros entre 2011 et 2015 afin de maintenir son usine de Jalabiya, alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

Ces sommes, qui ont bénéficié en partie à des groupes armés dont l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), correspondaient au versement d'"une taxe" pour la libre circulation des salariés et des marchandises, et à des achats de matières premières dont du pétrole à des fournisseurs proches de l'EI, d'après l'enquête.

A la Bourse suisse, les investisseurs se détournaient du titre. Peu avant 15h00, le titre lâchait près de 2,5% à 48 francs, dans un SMI en recul d'environ 1%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."