Bilan

La SSR appelée à collaborer avec tous les médias

Le Conseil des Etats demande au Conseil fédéral de profiter de la future loi sur les médias pour que les coopérations de la SSR contribuent à renforcer la diversité des opinions et de l'offre.

Tous les médias devraient pouvoir profiter d'une collaboration avec la SSR d'autant plus que cette dernière est financée par la redevance.

Crédits: keystone

La coentreprise publicitaire Admeira de Swisscom, de la SSR et de l'éditeur Ringier est dans le viseur du Conseil des Etats. Les sénateurs ont adopté mardi une motion qui demande au Conseil fédéral de profiter de la future loi sur les médias pour changer la donne.

Le texte, adopté par 21 voix contre 15, doit encore passer devant le National. Admeira, lancée en avril 2016, a défrayé la chronique. Les entreprises concernées y voient un moyen de lutter contre la concurrence internationale de Google ou Facebook par exemple.

Or le marché publicitaire se contracte à l'interne. Les éditeurs critiquent une distorsion de la concurrence. Le Tribunal administratif fédéral leur a accordé un droit de recours dans la procédure visant cette société, mais la SSR a porté l'affaire auprès du Tribunal fédéral.

La motion demande que les coopérations de la SSR avec d'autres entreprises de médias contribuent à l'avenir à renforcer la diversité des opinions et de l'offre. Aucune discrimination ne devrait prévaloir. Tous les médias devraient pouvoir profiter d'une collaboration avec la SSR d'autant plus que cette dernière est financée par la redevance.

Il est dans l'intérêt de ce diffuseur ne pas jouer la provocation alors qu'il est dans le viseur de l'initiative "No Billag", a commenté en substance Beat Vonlanthen (PDC/FR).

On peut parallèlement permettre au service public de se développer et empêcher le paysage médiatique de s'atrophier, selon Géraldine Savary (PS/VD). Plusieurs solutions seraient possibles: partage de contenu médiatique, collaboration renforcée en matière publicitaire, possibilité pour les privés de recevoir une part de la redevance.

Conseil fédéral critique

Le Conseil fédéral est critique face aux velléités des sénateurs. Ce n'est pas le rôle la SSR de garantir la diversité de l'offre, a lancé la ministre de la communication Doris Leuthard. Et de noter que c'est le domaine en ligne qui désormais attire la publicité.

Le Département fédéral de la communication peut déjà imposer des charges pour certaines activités commerciales ou voire même les interdire si elles compromettent le mandat de prestations de la SSR ou entravent les autres médias. Le gouvernement encourage le diffuseur de service public à collaborer avec d'autres entreprises de médias dans le domaine journalistique défini dans la concession.

Mais limiter les coopérations aux activités ne relevant pas de la concession ou les interdire lorsqu'elles ne contribuent pas positivement au renforcement de la diversité des opinions et de l'offre va trop loin, estime le Conseil fédéral. Et de citer des exemples de collaboration fructueuse de la SSR avec des médias privés, comme le passage à la radio numérique DAB+.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."