Bilan

La Poste disposée à discuter des conditions cadres

Alors que le groupe de travail sur l'avenir du réseau postal se réunira en octobre, la Poste se dit prête, sous certaines conditions, à accepter des critères d'accessibilité cantonaux plutôt que nationaux.

La Poste se dit consciente que sa stratégie suscite des craintes et une opposition au sein de la population.

Crédits: keystone

Alors que le groupe de travail sur l'avenir du réseau postal se réunira pour la première fois en octobre, la Poste se dit ouverte à la discussion. Elle est également prête, sous certaines conditions, à accepter des critères d'accessibilité cantonaux plutôt que nationaux.

Dans un communiqué paru vendredi, la Poste s'est déclarée "disposée, dans le cadre du groupe de travail créé par le DETEC, à discuter des conditions cadres légales actuellement en vigueur et remplies par la Poste, et à les réexaminer".

Cette déclaration intervient alors que le Conseil des Etats a adopté mardi une motion qui charge le Conseil fédéral de soumettre au Parlement une révision de la loi sur la Poste. Les sénateurs souhaitent notamment que les particularismes régionaux soient pris en compte dans la définition des critères définissant le service public.

D'ici à ce que le groupe de travail et le Parlement aient procédé à cette redéfinition, la Poste se dit "disposée à accepter des critères d'accessibilité cantonaux plutôt que nationaux, dès lors que le service à domicile et le versement en espèces à domicile sont dûment pris en compte".

Syndicom sceptique

Le syndicat Syndicom se montre critique à l'égard des déclarations de la Poste qu'il considère comme une tentative de contourner un changement de loi. Syndicom regrette également que les employés ne soient pas représentés dans le groupe de travail mis sur pied par la Confédération.

Ce dernier a été constitué par la ministre de la communication Doris Leuthard afin de réfléchir au profil du réseau postal du futur en prenant en compte les besoins de la population et des entreprises. Il est dirigé par l'Office fédéral de la communication et comprend des représentants de la Poste, des cantons, des villes et communes, des régions de montagne et de l'Union suisse des arts et métiers (usam). Il se réunira pour la première fois en octobre.

Dialogue renforcé

En octobre 2016, la Poste a présenté sa stratégie de réseau public. D'ici 2020, l'ex-régie veut porter le nombre de points d'accès à plus de 4200. Ce réseau sera réparti en 800 à 900 offices, 1200 à 1300 agences, 1300 services à domicile et 500 à 700 points d'accès complémentaires ou destinés à la clientèle commerciale. Les fermetures d'offices font particulièrement grincer des dents les régions concernées.

La Poste se dit consciente que sa stratégie suscite des craintes et une opposition au sein de la population. C'est pourquoi, ces derniers mois, elle a encore "renforcé le dialogue avec la population et pris des mesures pour mieux faire connaître la diversité de ses services".

Le géant jaune a également souligné qu'il propose en outre de nouvelles prestations: versement en espèces à domicile, dépôt d'envois en nombre aussi dans les filiales en partenariat et distribution des quotidiens en abonnement jusqu'à midi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."