Bilan

La meilleure entreprise russophone de Suisse récompensée

Arman Gukasyan, le fondateur de la start-up informatique Vizerra, a été récompensé pour son logiciel Revizto lors du 4ème Favorit Entrepreneurship Award tenu à Lausanne.

Les trois vainqueurs avec (de g. à dr.) Arman Gukasyan, avec la société Vizerra, start-up informatique, pour son logiciel Revizto (1er prix), Marianna Astakhova, avec la société Suisselle, start-up dans le domaine médical (2ème prix), et Igor Ivanov (associé à Yosef Akhtman) de la société Gamaya, pour sa caméra hyper spectrale dans le secteur de l'agriculture (3ème prix).

Crédits: Michel Foos

Installée à Lausanne depuis 2015, la start-up informatique Vizerra développe des logiciels permettant de visualiser en 3D un projet architectural ou industriel afin d’identifier les erreurs liées à sa planification. Sur 60 milliards de francs de nouvelles constructions entreprises chaque année en Suisse, la société estime que l’on pourrait économiser 30% des frais, soit 18 milliards, en évitant dès le départ les erreurs de conception.

Lire aussi: Swiss Center Samara, un facilitateur pour partir à l’assaut du marché russe

Créée en 2008, Vizerra a connu un développement rapide: de la Russie où se base son développement jusqu’à Lausanne, où elle possède son siège pour l’Europe, en passant par San Francisco où le groupe d’une quarantaine de personnes gère le siège mondial.

L’entrepeneur d’origine arménienne Arman Gukasyan n’a rien de Russe, même s’il est né en Arménie soviétique en 1978. Il parle cinq langues et a étudié à Genève, à l’Institut de finance et mangement (IFM), avant d’obtenir un MBA à Grenoble: «Nous comptons quelque 90'000 abonnés utilisateurs dans le monde qui paient un minimum de 5'000 francs pour dix licences et jusqu’à 70'000 francs pour des produits plus complexes, explique Arman Gukasyan. En Suisse, Roche est l’un de nos gros clients depuis l’été dernier. Nous entretenons de très bonnes collaborations avec la Haute-Ecole d’ingénierie d’Yverdon-les-Bains, l’Université de Fribourg et celle de Genève. Dans les deux ou trois prochaines années, nous espérons que le marché suisse va se développer pour nous, comme il se développe ailleurs dans le monde».

Visualiser un projet architectural

Concrètement, à l’aide de photographies ou de croquis, la start-up développe des logiciels permettant de visualiser en 3D un projet architectural ou industriel. Revizto rassemble toutes les données du modèle au même endroit, ce qui rend les informations disponibles et utilisables pour tous les membres de l’équipe de projet. Grâce au suivi des problèmes, l’équipe peut identifier et gérer le modèle en 3D et sur les plans en 2D.

Revizto permet aux utilisateurs de suivre en temps réel la progression sur tous les types d’appareil et en réalité virtuelle: «Dans le cadre de la construction du site des JO d’hiver de Sotchi, le logiciel Revizto a permis de visualiser l’entier du site avec les arènes, les routes, etc.», commente Arman Gukasyan, qui vit avec sa famille au Mont-sur-Lausanne.

Lire aussi: La reprise s'est accélérée en Russie au second trimestre

Depuis sa fondation en 2008, la start-up est parvenue à lever plus de 20 millions de dollars: «Nos plus gros marchés se situent en Amérique du Nord devant l’Europe (Scandinavie et Grande-Bretagne), l’Australie et la Nouvelle-Zélande, la Chine, Singapour et la Malaisie, ainsi que l’Amérique du sud (Chili, Pérou, Colombie et Brésil). Notre logiciel est disponible en sept langues», détaille le directeur général.

Un guide pour les russophones de Suisse

Jeudi 14 décembre, au Beau-Rivage Palace Lausanne et devant 500 invités, le fondateur et CEO de Revizto, Arman Gukasyan, a reçu le 4ème Favorit Entrepreneurship Award des mains de l’avocat lausannois Laurent Maire et d’Olivier Mancassola, l’éditeur de la revue russophone «Favorit».

Le guide publié en russe est la première publication russophone de Suisse depuis maintenant huit ans. Il veut honorer le développement économique et l’initiative de chefs d’entreprises russophones en Suisse. Nadya Kalatur, la responsable du magazine, est elle-même entrepreneuse russe en Suisse avec sa société Swiss Connection.


La Suisse demeure une destination attractive pour la communauté russophone: en 2016, le nombre de résidants russophones s’est stabilisé par rapport à 2015. Elle compte quelque 40'000 ressortissants, notamment sur l’arc lémanique, à Zurich et à Genève, avec en premier lieu la communauté venue de Russie, qui représente le tiers d’entre eux, et en deuxième position, la communauté ukrainienne russophone (notamment Odessa) devant celle des autres pays de l’Europe de l’Est.

Lire aussi: Sika investit dans la production en Russie

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."