Bilan

La Chine aura besoin de 7.240 avions sur les 20 ans à venir, selon Boeing

Boeing anticipe une explosion du trafic aérien grâce à l'essor de la classe moyenne chinoise et l'expansion internationale des compagnies locales.

Ces nouveaux appareils représenteront une valeur marchande cumulée de 1.100 milliards de dollars sur la période 2017-2036.

Crédits: AFP

La Chine aura besoin de 7.240 avions commerciaux sur les 20 années à venir, selon des prévisions de Boeing en nette hausse, qui anticipent une explosion du trafic aérien grâce à l'essor de la classe moyenne et l'expansion internationale des compagnies locales.

Tous constructeurs confondus, ces nouveaux appareils représenteront une valeur marchande cumulée de presque 1.100 milliards de dollars sur la période 2017-2036, a précisé l'avionneur américain en dévoilant ses prévisions annuelles mercredi à Pékin.

Près de 20% des commandes d'avions mondiales viendront de compagnies chinoises, a-t-il estimé.

"Une croissance économique continue en Chine, de vigoureux investissements dans les infrastructures et le gonflement de la classe moyenne (...) expliquent ces perspectives robustes de long terme", a commenté Randy Tinseth, vice-président de Boeing.

En dépit du ralentissement de la deuxième économie mondiale, le groupe américain a nettement relevé ses anticipations: l'an dernier, il ne tablait que sur 6.810 nouveaux avions livrés à la Chine sur les deux décennies à venir.

Seuls 31% des appareils livrés serviront à remplacer de vieux avions, tandis que 69% viendront gonfler la flotte du pays, qui s'élèvera au total à 8.150 appareils en 2036 (contre 3.190 l'an dernier), ajoute l'avionneur.

Un paysage concurrentiel effervescent, où prospèrent les compagnies low-cost fraîchement créées, contribue à dynamiser le marché chinois. Tout comme l'essor d'un segment de population prospère et avide de voyages: selon Boeing, la classe moyenne chinoise devrait doubler en dix ans pour atteindre 600 millions de personnes en 2026.

Or, si les monocouloirs destinés aux vols régionaux resteront le coeur de la demande aéronautique du pays (75% des commandes), Boeing prédit un décollage des achats d'avions de grande capacité, sur fond d'expansion du tourisme chinois vers des destinations plus lointaines.

Mais les achats de gros porteurs seront surtout alimentés par les besoins du fret aérien, dopé par l'explosion du commerce en ligne dans le pays: selon Boeing, la demande chinoise d'avions cargo devrait s'envoler d'ici à 2036, avec 180 nouveaux avions de fret, auxquels s'ajouteraient 440 appareils reconvertis.

L'avionneur américain et son concurrent européen Airbus se partagent quasiment à parts égales le marché aéronautique chinois. Contrairement à Airbus, Boeing ne dispose pas encore d'usine en Chine, mais il s'apprête à y ouvrir l'an prochain un centre de finition pour ses populaires moyen-courriers B737.

Le site, situé à Zhoushan (est), sera doté d'une capacité de cent appareils par an, a indiqué M. Tinseth.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."