Bilan

L'Oréal fait de l'oeil à Nestlé pour racheter ses propres actions

Le directeur général de L'Oréal s'est dit prêt à racheter les actions de sa société détenues par Nestlé qui représentent actuellement près de 23 milliards d'euros.

Avant même la mort de Mme Bettencourt, le fonds spéculatif Third Point souhaitait que Nestlé cède ses parts dans L'Oréal.

Crédits: afp

Le directeur général de L'Oréal s'est dit prêt dans la presse à racheter les actions de sa société détenues par Nestlé. Interrogé par le Financial Times dans son édition de vendredi, Jean-Paul Agon a assuré que le géant hexagonal des cosmétiques disposait pour ce faire des ressources nécessaires.

"Nous sommes riches en liquidités, disposons de notre participation dans Sanofi, sommes financièrement robustes et avons ce qu'il faut pour faire n'importe quoi", a insisté le patron français.

Nestlé n'a pas souhaité répondre aux questions du quotidien financier américain.

La multinationale veveysane fait l'objet de pressions depuis le décès à l'automne dernier de Liliane Bettencourt, héritière de l'empire L'Oréal et dont la disparition a sonné avec six mois d'avance le glas d'un pacte d'actionnaires. Les 23% de L'Oréal détenus par Nestlé représentent actuellement près de 23 mrd EUR.

Avant même la mort de Mme Bettencourt, le fonds spéculatif Third Point avait émis en juin 2017 le souhait que le mastodonte vaudois cède ses parts dans L'Oréal. Le milliardaire américain Dan Loeb a repassé une couche en ce sens fin janvier, réclament de surcroît une cession de tous les actifs "non stratégiques".

Le nouveau capitaine du paquebot agroalimentaire, Mark Schneider, avait prévenu en septembre qu'il ne faut "s'attendre à aucune changement concernant cet investissement".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."