Bilan

L'OIT coupe ses liens avec les fabricants de tabac

L'OIT n'accepte plus de fonds venant de fabricants de tabac afin de couper le dernier lien de l'ONU avec cette industrie.
  • L'OIT a notamment reçu plus de 15 millions de dollars de Japan Tobacco International et de groupes liés aux plus grands fabricants de tabac.

    Crédits: keystone
  • La décision était réclamée par des dizaines d'organisations dans le monde afin de couper le dernier lien de l'ONU avec l'industrie du tabac.

    Crédits: keystone

L'Organisation internationale du travail (OIT) a annoncé jeudi qu'elle n'accepterait plus de fonds venant de fabricants de tabac, une décision réclamée par des dizaines d'organisations dans le monde afin de couper le dernier lien de l'ONU avec cette industrie.

Plus de 150 organisations de la santé et de la lutte contre le tabac avaient écrit aux membres du conseil d'administration de cette agence de l'ONU en soulignant que l'OIT risquait de "ternir sa réputation et l'efficacité de son travail" si elle ne mettait pas fin à ses relations avec l'industrie du tabac, critiquée également pour employer des enfants.

Dans un communiqué publié à Genève, siège de l'OIT, "le Conseil d'administration décide que l'OIT ne doit pas accepter de nouveau financement de la part de l'industrie du tabac et que les partenariats public-privé avec l'industrie du tabac ne seront pas prolongés au-delà de leur date d'expiration".

L'OIT avait jusqu'à présent expliqué ses liens avec les producteurs de tabac en disant que cela lui donnait un moyen d'aider à l'amélioration des conditions de travail de quelque 60 millions de personnes employées dans la culture du tabac et la production de cigarettes dans le monde.

L'agence a notamment reçu plus de 15 millions de dollars de la société Japan Tobacco International et de groupes liés à quelques-uns des plus grands fabricants de tabac pour "des partenariats de bienfaisance" destinés à réduire le travail des enfants dans les champs de tabac.

Mais les auteurs de la lettre adressée le mois dernier au Conseil d'administration soulignaient que ces projets n'avaient qu'un "impact symbolique" sur cette pratique.

Dans son communiqué, l'OIT "reconnaît que des déficits de travail décent majeurs existent dans le secteur du tabac, y compris en ce qui concerne le travail des enfants, situation qui doit être traitée par l'OIT dans le cadre d'une stratégie intégrée".

En juin, le Conseil économique et social (ECOSOC) avait adopté une résolution destinée aux institutions de l'ONU "visant à prévenir l'ingérence de l'industrie du tabac". 

L'OIT est la dernière agence onusienne à renoncer à l'argent du tabac.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."