Bilan

Kudelski subit une perte au premier semestre

Le groupe Kudelski a inscrit une perte nette de 5,7 millions de francs, contre un bénéfice net de 21 millions un an plus tôt en raison des investissements consentis dans la cybersécurité.

Le groupe veut continuer à "construire la nouvelle génération de technologies pour la télévision digitale".

Crédits: Keystone

Kudelski s'attend à dégager un résultat net positif sur l'ensemble de l'année, après avoir plongé dans les chiffres rouges au premier semestre. En cause, les importants investissements dans le nouveau champs d'activité de la cybersécurité, jugé très porteur pour l'avenir. Le groupe vaudois a cependant déçu les investisseurs en rabotant son objectif annuel de rentabilité.

"L'accélération de la demande en nouvelles technologies et le ralentissement dans la télévision payante classique en Europe ont été plus marqués que prévu", a indiqué à AWP le directeur général (CEO) André Kudelski.

Selon le patron du spécialiste de la télévision numérique et des systèmes d'accès sécurisés, "la demande en cybersécurité et dans le domaine de l'internet des objets est en train de décoller aux Etats-Unis, alors que dans la TV classique une baisse cyclique est visible en Europe, où les nouvelles technologies ne constituent pas encore un relais de croissance suffisamment important", a-t-il explicité.

Pour le CEO, "il est essentiel de répondre à la demande du marché en investissant davantage" dans la cybersécurité.

Dans l'immédiat, ces investissements ont pesé sur les résultats du groupe au premier semestre. Le résultat net part a chuté en territoire négatif à -8,8 mio USD, après un bénéfice net de 17,3 mio un an plus tôt. Le bénéfice opérationnel a quant à lui chuté de 80,2% à 6,7 mio pendant la période sous revue. Le chiffre d'affaires a par contre progressé de 12,5% à 552,0 mio.

Les ventes sont légèrement supérieures aux projections de 535,5 mio USD avancées par les analystes consultés par AWP. Le bénéfice opérationnel a par contre nettement manqué les attentes situées à 17,7 mio en moyenne.

Le chiffre d'affaires de la division integrated Digital TV (iDTV) a augmenté de 12,9% à 387,3 mio USD, alors que le résultat d'exploitation a été divisé par plus de trois à 13,1 mio. Kudelski a indiqué avoir subi un repli des ventes dans la télévision numérique "en raison de la saturation de l'offre en matière de pay-TV sur les marchés matures". L'activité de propriété intellectuelle et de licences a par contre été positive.

L'activité dans la cybersécurité, qui est intégrée dans iDTV, a enregistré "une solide croissance" à deux chiffres, a précisé Kudelski, sans avancer de chiffre. "Les pertes ont toutefois augmenté en raison des importants investissements réalisés pour développer le portfolio technologique, notamment dans le domaine de l'internet des objets, ceci au détriment de la profitabilité du groupe", a ajouté ce dernier.

L'unité accès public a quant à elle vu ses revenus progresser de 12%. Le bénéfice opérationnel s'est envolé à 1,5 mio USD, après seulement 0,2 mio un an plus tôt.

Pour l'ensemble de l'exercice, la société de Cheseaux-sur-Lausanne vise toujours un chiffre d'affaires entre 1,15 mrd et 1,20 mrd USD. L'objectif d'Ebit a en revanche été ramené à 45-65 mio, contre 60 mio à 80 mio dans les précédentes estimations. L'accélération de la transformation cette année se traduira par "un impact négatif à court terme" sur les coûts d'environ 15 mio USD.

Année de transformation attendue

M. Kudelski s'attend néanmoins à ce que la société boucle l'année dans le vert au niveau du résultat net.

"L'objectif de rentabilité de l'activité cybersécurité est maintenu pour 2020 avec peut-être une accélération plus importante des revenus, dont les objectifs pourraient être atteints avant 2020", a-t-il ajouté.

Après les acquisitions de M&S Technologies et Digital Video Norge en première partie d'année, le groupe n'exclut pas d'autres rachats. "Nous voulons d'abord accélérer la transformation interne pour mieux répondre à la demande du marché", a nuancé André Kudelski.

Nonobstant des avancées dans les nouveaux domaines d'activité, le groupe a entamé des programmes de réduction des coûts, notamment dans la TV numérique. "Nous allons travailler ces prochaines semaines et prochains mois à améliorer notre efficience opérationnelle", a souligné le directeur général.

A la Bourse suisse, ces annonces ne suffisaient pas à rassurer les investisseurs qui empochaient leurs gains. A 12h02, l'action au porteur cédait 4,9% à 14,45 CHF dans un SPI en repli de 0,43%.

L'exercice "2017 s'annonce comme étant l'année de la transformation attendue", ont estimé les analystes de Baader Helvea. Le repli de la rentabilité était "largement anticipé" par le marché, d'autant plus qu'il résulte "d'éléments à court terme" comme les investissements dans la cybersécurité, a précisé le courtier genevois.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."