Bilan

Kudelski confirme son orientation américaine

Le groupe vaudois, leader mondial dans la sécurité numérique, a présenté des résultats en hausse pour 2016, porté par le marché américain qui totalise près de la moitié de son activité. Malgré l’inauguration d’un deuxième siège social à Phoenix dans l’Arizona, le CEO, André Kudelski, se veut rassurant sur la pérennité du site historique de Cheseaux.
  • André Kudelski, CEO du groupe éponyme, a présenté des résultats en hausse pour l'exercice 2016.

    Crédits: Image: DR
  • Le site de Cheseaux (Vaud) suscitait des interrogations, que le groupe a tenu à balayer lors de la présentation des résultats 2016.

    Crédits: Image: Keystone
  • André Kudelski veut renforcer les complémentarités entre les sites suisse et américain du groupe.

    Crédits: Image: Keystone

Quel avenir pour le site de Cheseaux-sur-Lausanne? La question était sur toutes les lèvres mardi, à l’occasion de la présentation des résultats annuels du groupe Kudelski. Et pour cause. La hausse de 12% du chiffre d’affaire, à 1,067 milliards de francs, ainsi que celle du résultat opérationnel de 20,4% (97,8 millions) annoncée ce mardi est largement imputable au dynamisme de l’Amérique du nord, de loin premier marché pour le groupe avec près de 50% des ventes réalisées l’année passée.

Lire aussi: Kudelski dans le vert, porté par sa victoire judiciaire aux Etats-Unis

Sur la division iDTV - télévision digitale, cœur d’activité de Kudelski avec 300 millions d’objets et 90 milliards de revenus protégés- l’Amérique connaissait une croissance de près de 13%, quand dans le même temps, l’Europe s’inscrivait en repli de 4,2%. 

Une implantation outre-Atlantique toujours plus marquée

En cause, plusieurs partenariats importants conclus aux Etats-Unis, en particulier avec le quatrième câblo-opérateur du pays Altice, -4,6 millions de clients dans 20 Etats- pour la solution de protection et de gestion multi-écrans de NAGRA. Sur le segment des «accès publics» en forte expansion, la filiale autrichienne SKIDATA a signé avec la ville de San Francisco un contrat de 20 millions de dollars, le plus important de son histoire, pour la gestion de 22 parkings souterrains et 15 000 places de parc. Les achats des deux sociétés Milestone Systems, et tout récemment, M&S technologies viennent également renforcer la base client du pôle cybersécurité du groupe aux Etats-Unis.

Lire aussi: Kudelski ouvre un second siège principal aux Etats-Unis

Emblématique du développement de son activité en Amérique du nord, le groupe dispose depuis mi-2016 d’un deuxième siège social à Phoenix en Arizona. Pour André Kudelski, CEO, le rôle moteur du marché américain justifie cette présence accrue: «Le marché américain est tournée vers l’avenir et l’investissement, alors que l’Europe est plus attentiste. Ils ont un cycle d’avance. La stratégie est donc de s’imposer en premier lieu aux Etats-Unis avant de gagner dans un deuxième temps les autres points du globe.» Le focus américain va amener dès l’an prochain le groupe à publier ses résultats en dollars. Une décision logique pour Andre Kudelski, qui rappelle qu’«autour de la moitié de notre activité est libellée en dollars, contre moins de 10% en francs suisses.»

Business aux Etats-Unis, ingénierie en Suisse?

Questionné sur l’emploi sur le site de Cheseaux, André Kudelski s’est voulu rassurant : «Cheseaux reste pour le groupe un pôle d’excellence en matière de R&D, plus particulièrement en ingénierie. Qui plus est, la Suisse présente une valeur ajoutée internationale, quand les Etats-Unis sont parfois plus centrés sur eux-mêmes. Toutefois, afin d’optimiser les coûts, nous allons chercher à éviter les redondances entre les sites suisses et américains et viser une complémentarité.» Le groupe vaudois a déjà reconnu le déplacement de certains postes, en particulier de cadres, depuis Cheseaux vers le siège de Phoenix, et des recrutements clés, tels celui du nouveau CTO Andrew Howard, ont directement été réalisés en 2016 aux Etats-Unis. La tendance pourrait se poursuivre sur 2017.

Lire aussi: Kudelski et Samsung entament un nouveau partenariat

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."