Bilan

IFF avale Frutarom, Givaudan reste n°1 mondial

Le rachat de Frutarom, n°6 mondial du secteur des arômes et des parfums, par l’américain IFF (n°3 mondial) va faire de ce dernier le n°2 mondial. Le suisse Givaudan reste n°1 mondial de la branche.

Le rachat de Frutarom propulse IFF à la place de n°2 mondial.

Crédits: International Flavors and Fragrances

Contrairement à ce que certaines agences d’information ont indiqué le 7 mai, IFF ne va pas devenir le leader mondial du secteur des arômes et des parfums, ceci suite à l’annonce de l’acquisition de l’israélien Frutarom. «C’est effectivement faux, comme nous le confirme Peter Wullschleger, porte-parole de Givaudan. Si l’on prend l’ensemble des chiffres d’affaires des acquisitions annoncées des deux côtés (ndlr. Naturex pour Givaudan et Frutarom pour IFF), Givaudan réalise un chiffre d’affaires pro forma d’environ 5,6 milliards de francs tandis qu’IFF sera à 4,7 milliards de francs.»

Lire aussi: Givaudan construit un centre d'encapsulation de parfums à Singapour

Même si l’on prend les données du spécialiste mondial du secteur, le bureau Leffingwell & Associates, on arrive à des chiffres différents, mais qui prouvent à nouveau que Givaudan va garder son leadership: 5,051 milliards de francs et avec Naturex, qui affiche des ventes de 484 millions de francs en 2017, on arrive à 5,535 milliards de francs; alors que de son côté IFF a réalisé un chiffre d’affaires de 3,4 milliards de francs, ce qui donne avec Frutarom, qui affiche des ventes de 1,365 milliards de francs, un total de 4,765 milliards de francs.

Firmenich rétrograde à la 3e place mondiale

Par contre, une chose est certaine: Firmenich, le Genevois d’origine devenu progressivement l’actuel n°2 mondial, va perdre sa seconde place au profit d’IFF. En effet, les ventes 2017 pour Firmenich sont estimées pro forma à 3,61 milliards de francs. Rappelons que cette dernière a bouclé les acquisitions de Flavourome, en Afrique du Sud, et de Natural Flavors aux Etats-Unis, de quoi lui permettre de voir ses ventes s’approcher des 4 milliards de francs. L’actuel n°4 du classement, Symrise, devrait rester au même rang, avec des ventres d’environ 2,7 milliards de francs, devant le français Mane (qui possède un site à Vouvry).

Le processus de consolidation actuel s’expliquerait, selon Peter Wullschleger, par le développement des marques locales et régionales, un peu partout sur la planète. «Les clients en question connaissent une croissance importante. Afin de sécuriser notre chiffre d’affaires, les grands acteurs du secteur mènent une politique d’acquisition d’entreprises disposant d’excellentes implantations dans les différentes régions. Ces solutions attendent toujours davantage des solutions intégrées. Par exemple, Snapple (intégrée au groupe Dr. Pepper), c’est Givaudan qui concocte depuis plus de 20 ans cette boisson. Dr Pepper ne s’occupe que d’ajouter de l’eau et du sucre, et d’effectuer l’embouteillage. Idem pour les salamis Rapelli, nous leur livrons un mélange d’épices et d’arômes et eux se chargent de trouver la viande.»

Lire aussi: Firmenich construit un site de production d'arômes en Chine

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."