Bilan

H&M affiche des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre

H&M, en proie à la concurrence du commerce de détail en ligne, a présenté un bénéfice net pour la période mars-mai en hausse de 10% à 5,9 milliards de couronnes.

H&M continue d'ouvrir des magasins physiques à tour de bras à travers le monde, ce qui lui permet de compenser le tassement de la rentabilité.

Crédits: AFP

Le géant du prêt-à-porter Hennes&Mauritz (H&M), en proie à la concurrence du commerce de détail en ligne, a présenté jeudi des résultats supérieurs aux attentes au deuxième trimestre grâce à l'ouverture de nouveaux magasins et au contrôle des coûts.

Le bénéfice net de la période mars-mai est ressorti à 5,9 milliards de couronnes (606 millions d'euros), en hausse de 10%, pour un chiffre d'affaires en augmentation de 10% également (5% en monnaies locales), à 59,5 milliards.

Son bénéfice opérationnel s'est établi à 7,6 milliards, sensiblement supérieur aux attentes du marché qui tablait en moyenne sur 7,0 milliards, selon l'agence financière SME Direkt.

"La hausse des bénéfices au deuxième trimestre s'explique essentiellement par la poursuite de notre développement et un stricte contrôle des coûts", analyse le groupe suédois dans un communiqué.

H&M continue d'ouvrir des magasins physiques à tour de bras à travers le monde, ce qui lui permet de compenser le tassement - voire le recul - de la rentabilité des magasins existants dans un contexte de forte concurrence des plateformes de vente en ligne.

"Le comportement et les aspirations des consommateurs ne cessent d'évoluer, avec une part des ventes qui s'effectue de plus en plus sur internet", constate le PDG du groupe Karl-Johan Persson, qui croit néanmoins en "les formidables opportunités" de la numérisation des échanges pour H&M.

Alors que ses ventes totales ne devraient progresser que de 7% en juin (contre 8% en juin 2016), mois crucial pour les ventes estivales, H&M prévoit une augmentation de ses ventes en ligne de 25% par an dans les prochaines années.

Le suédois a encore élargi au deuxième trimestre son offre de vente sur internet, désormais disponible sur 41 marchés.

Ces mutations pèsent lourdement sur l'action du groupe à la Bourse de Stockholm où elle a perdu près de 40% de sa valeur depuis novembre 2015. Ces dernières semaines les analystes évoquaient l'hypothèse de son retrait de la cote via un rachat des titres par la famille Persson.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."