Bilan

Gestion des déchets: le nouveau numéro 1 suisse est né

En rejoignant Helvetia Environnement, SRS permet au groupe romand de devenir le n°1 suisse de la gestion des déchets. Au fil des années, le secteur du recyclage et de la valorisation des déchets se structure et l'alliance des petits donne naissance à des groupes dont la taille critique permet de rivaliser avec les acteurs internationaux.

Avec le renfort de SRS, Helvetia Environnement devient le n°1 suisse de la gestion des déchets.

Crédits: Image: Helvetia Environnement

Finalisé le 22 février dernier, le rapprochement entre Swiss Recycling Services (SRS) et Helvetia Environnement vient d'être annoncé publiquement. En rejoignant Helvetia Environnement, SRS va ajouter ses compétences à celles déjà présentes au sein du groupe romand et le nouvel ensemble, sous la bannière Helvetia Environnement devient le n°1 suisse du secteur. Pour l'exercice 2017, les dirigeants espèrent un chiffre d'affaires de plus de 140 millions de francs.

Lire aussi: Le «déchet-Roi» ou l’économie circulaire

Les négociations qui auront durée quelques mois entre les deux sociétés ont abouti à un accord dont les volets financiers n'ont pas été dévoilés mais qui verra le management de SRS rejoindre le comité de direction d'Helvetia Environnement. De tailles comparables, les deux entités réalisaient jusque là chacune près de 70 millions de francs de chiffre d'affaires. Basée dans le canton de Fribourg mais appuyée sur six succursales à travers le pays, SRS est devenu un acteur majeur du secteur en Suisse depuis 25 ans et le début d'un processus de consolidation ayant amené sept sociétés indépendantes actives dans les principales agglomérations de Suisse à regrouper leurs forces.

Deux groupes issus de sociétés familiales

Histoire comparable du côté de Helvetia Environnement, groupe né de la volonté de nombreuses sociétés familiales de muscler leur offre dans le domaine de la gestion des déchets afin d'offrir une gamme de services étoffée pour les collectivités, les commerces, les PME et les industries. Avec ses trois filiales Transoirie, Sogetri et Leman Bio Energie, le groupe dispose de 240 collaborateurs implantés dans les cantons de Genève, Vaud et Fribourg.

Lire aussi: La chimie valorise ses déchets

Complémentaires sur le plan géographique comme sur celui des spécialités de chaque groupe, les deux sociétés ont conclu un mariage de raison qui devrait permettre de faire face aux concurrents internationaux et suisses, alors même que les législations en la matière ne cessent de se renforcer et que de nouvelles exigences de tri et de traitement des déchets émanent chaque année, poussées par la prise de conscience des enjeux environnementaux, qui nécessitent des investissements conséquents.

500 collaborateurs, 17'000 clients

«La création d'un groupe national permettra de mutualiser nos investissements et d'améliorer les prestations offertes à nos clients. Ce rapprochement dynamisera également la capacité d'innovation de nos équipes qui répondent aux appels d'offres des collectivités publiques et des entreprises. Nous proposerons des stratégies efficientes de gestion des déchets, dans le strict respect des normes environnementales», glisse notamment Frank Blanpain, directeur de SRS. Et Vincent Chapel, président d'Helvetia Environnement, renchérit: «Ce rapprochement consolide la compétitivité du groupe Helvetia Environnement. L'entreprise démontre sa faculté d'anticipation et renforce sa capacité à répondre aux futurs défis liés à la gestion des déchets: création d'usines de tri automatisé, optimisation des filières existantes et augmentation des taux de tri par matière. Nous désirons par notre nouvelle dimension pouvoir contribuer de façon notable à la transition vers une économie plus responsable».

Avec dorénavant 500 collaborateurs pour 17'000 clients (PME, commerces, industries) et 490 collectivités, le groupe Helvetia Environnement enrichi par l'apport des forces de SRS a désormais selon ses dirigeants les dimensions nécessaires. Quant aux forces sur le plan financier, elles sont encore augmentées via une augmentation de capital opérée récemment et qui a permis aux actionnaires historiques (notamment UBS Cleaning Energy Infrastructure Switzerland SCPC avec le conseil de Fontavis SA, qui avait pris une participation de 26,5% dans Helvetia Environnement en décembre 2015) de trouver des alliés avec le fonds Reichmuth Infrastructure Suisse SCPC. Emanations respectives d'UBS et de Reichmuth & Co Investment Management SA, les deux entités montrent ainsi à quel point le secteur de la gestion et du traitement des déchets s'annonce crucial pour les années à venir.

Lire aussi: UBS investit dans le tri et le recyclage

 

 

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."