Bilan

Firmenich repart de l’avant

L'exercice 2013 se solde par un retour net à la croissance pour le groupe Firmenich. Le numéro 2 mondial des parfums et arômes a vu son chiffre d'affaires grimper à 2,89 milliards de francs.
  • Firmenich a vécu un exercice 2013 faste avec un retour à la croissance nette de son chiffre d'affaires. Crédits: Keystone
  • Alors que l'Europe occidentale avait été en retrait en 2012, ce marché a renoué avec la croissance en 2013. Crédits: Keystone
  • Au cours de l'exercice écoulé, Firmenich a consacré 10% de ses revenus à la recherche et à l'innovation. Crédits: Keystone
  • Patrick Firmenich a pris le relais de son oncle Pierre-Yes Firmenich en 2002 au poste de CEO. Crédits: Image: François Wavre/Rezo
  • Firmenich a financé une école pour 500 enfants à Haïti, où la société achète son vetiver (ici Pierre Léger, CEO du plus important producteur mondial de cette racine). Crédits: Image: FredericK Alexis

L’exercice 2013 a permis de renouer avec la croissance pour Firmenich : le numéro 2 mondial des parfums, dont le siège est à Genève, a enregistré au 30 juin un chiffre d’affaires en hausse de 10% en francs (7% en monnaies locales) à 2,89 milliards de francs, tranchant avec un exercice 2011-2012 qui avait vu une baisse des ventes de 5,2%.

Alors que l’Europe de l’Ouest restait à la traîne l’an dernier, les ventes ont cette année augmenté dans toutes les régions géographiques. Les effets de la force du franc sont donc moins manifestes que pour l’exercice précédent, quand le marché des changes avait vu son impact négatif se combiner avec la baisse de la croissance économique mondiale et la hausse du coût des matières premières.

Investissements à Jakarta et Dubaï

Au cours de l’année écoulée, Firmenich a ouvert un nouveau site de production à Jakarta (Indonésie) et un développement de ses capacités de production à Dubaï (Emirats arabes unis). Le premier investissement vise à soutenir la stratégie sur les produits encapsulés pour la division Arômes. Tandis que le second permettra d’élargir la gamme du sur-mesure pour la clientèle d’Afrique, du Moyen-Orient et du Sud-Ouest asiatique.

Clef du succès du groupe familial genevois, l’innovation a représenté 10% des revenus de l’entreprise l’an dernier. Objectifs principaux : chercher de nouveaux ingrédients et améliorer les processus de production. Entre juillet 2012 et juin 2013, 30 brevets ont été déposés.

Parallèlement aux chiffres annuels, Firmenich a aussi publié son rapport Sustainability. Comme l’expliquait Patrick Firmenich à Bilan voici quelques semaines, la durabilité est une des valeurs essentielles du groupe, mais ce rapport ne relève « pas de la charité » : « Le gouvernement indien a décidé de surtaxer les revenus des entreprises qui ne publieront pas un rapport sur le développement durable. Pareil au Brésil. En agissant ainsi, nous nous assurons un accès à des matières premières de qualité et nous connaissons mieux les goûts de nos consommateurs. »

La durabilité récompensée

Dans ce domaine, le rapport indépendant et certifié indique que Firmenich a amélioré sa position de leader dans le domaine de la sécurité (+33%), de la qualité globale des produits (+17%) et a mis l’accent sur la performance de 7 de ses 8 indicateurs environnementaux. Un engagement salué par l’obtention du Sustainability Leadership Award  lors du World Corporate Social Responsibility Congress à Mumbai (Inde) : cette distinction couronne le «meilleur projet de collaboration» pour le travail en direction des plus démunis en Inde («base de la pyramide»).

Dans le même domaine, comme le précisait Patrick Firmenich à Bilan en septembre, une école pouvant accueillir 500 enfants a été ouverte à Haïti (où Firmenich fait cultiver le vetiver), afin d’encourager les populations locales à ne pas émigrer vers la République dominicaine et son secteur touristique.

Présent dans 64 pays à travers le monde, Firmenich emploie plus de 6000 collaborateurs et détient 14% du marché mondial des parfums et arômes. Ses clients se situent aussi bien dans le domaine des cosmétiques que de l'industrie alimentaire. Trois sites de recherche (Genève, Princeton et Shanghai) ont permis d'aboutir à près de 2000 licences et brevets, que les 28 sites de production exploitent pour fournir les clients de l'entreprise.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."