Bilan

Face à la robotisation, Avenir Suisse répond par la flexibilité

Alors que les syndicats prônent une "numérisation sociale" avec une meilleure réglementation du temps de travail, Avenir Suisse plaide en faveur de plus de flexibilité face à la robotisation.

Avec la numérisation, les frontières entre la vie professionnelle et privée s'estompent, argue Avenir Suisse.

Crédits: afp

Alors que les syndicats prônent une "numérisation sociale" avec une meilleure réglementation du temps de travail, Avenir Suisse plaide en faveur de plus de flexibilité face à la robotisation. Le groupe de réflexion veut éviter une réglementation politique de l'emploi.

Dans sa dernière étude intitulée "Quand les robots arrivent" et publiée mercredi, Avenir Suisse propose que la durée légale maximale d'une semaine de travail soit fixée en moyenne annuelle. Avec la numérisation, les frontières entre la vie professionnelle et privée s'estompent, argue l'organisation.

En outre, les assurances sociales devraient mieux couvrir les activités occasionnelles ou irrégulières. Mais selon le groupe de réflexion, le travail lié à des plates-formes de services, comme Uber, relève du statut d'indépendant, à l'inverse de ce que pensent les syndicats.

Avenir Suisse propose aussi des pistes sur le plan de la formation, afin de mieux répondre aux défis de la numérisation. Il prône ainsi davantage d'enseignement général, de cours de langues étrangères et de technologies de l'information.

"Dans les écoles secondaires, l'informatique doit être une discipline de base du programme d'études", ajoute l'organisation. Avant cela, les premières leçons d'informatique devraient être introduites dès l'école primaire à partir de la cinquième année, afin que tous les élèves connaissent les principes de la logique numérique.

La dernière publication du groupe de réflexion montre, par ailleurs, qu'il n'y a guère de preuves d'une révolution numérique sur le marché du travail en Suisse: le taux de chômage reste faible, le télétravail stagne à 5,1%, tout comme l'activité indépendante à 7,6%. La proportion de contrats à durée indéterminée représentait, elle, 91,1% en 2016.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."