Bilan

Electricité: les petits consommateurs à la caisse

En facturant des prix relativement élevés à leur clientèle captive, les distributeurs d’électricité disposent de fonds propres importants qui leur permettent de se diversifier.

Les barrages comme la Grande-Dixence ne sont plus rentables.

Les performances réalisées l’an dernier par les distributeurs régionaux d’électricité diffèrent fortement de celles obtenues par les grossistes en énergie actifs sur le marché libre.

Le Groupe E a réalisé un bénéfice net (hors éléments exceptionnels) de 82 millions de francs (+5,5%) et un résultat d’exploitation (EBIT) de 106 millions de francs (+6,5%). Chez Romande Energie, l’année 2016 s’est achevée sur un gain net de 114 millions de francs contre seulement un million en 2015 et un EBIT en légère baisse (-7,1%) à 97 millions de francs. Cotée à la bourse, son action s’est envolée de 34% à 1285 francs. De son côté, BKW s’est illustré avec un résultat net et d’exploitation en hausse, respectivement de +13% à 322 millions de francs et de +0,5% à 384 millions de francs.

A l’inverse, Axpo a accusé une perte nette pour la 3ème année consécutive. Elle s’est même aggravée à 1,2 milliard de francs (pour l’exercice comptable clos au 30 septembre 2016). Au niveau opérationnel, le résultat est aussi négatif (-1,2 milliard). Quant à Alpiq, il a retrouvé les chiffres noirs avec un bénéfice net de 294 millions de francs, mais il a enregistré un résultat EBIT en baisse de 22% à 204 millions de francs.

Prix élevés pour les petits clients

Des résultats aussi divergents s’expliquent par leur positionnement sur le marché. Les fournisseurs régionaux d’électricité bénéficient d’une clientèle captive: seuls les clients qui utilisent plus de 100 mégawattheures (MWh) par an peuvent choisir l’entreprise auprès de laquelle ils souhaitent s’approvisionner.

Fort de cet avantage, les distributeurs peuvent facturer des prix élevés à leurs petits clients (ménage, artisanat, etc.), alors qu’ils achètent une partie de l’énergie à des coûts très bas. A contrario, les grossistes d’électricité à l’instar d’Axpo et d’Alpiq n’ont aucun client captif. Ces derniers vendent leur production sur le marché libre où les prix qui ont atteint des records historiquement bas ne permettent plus de rentabiliser leurs infrastructures. C’est pour cette raison les acteurs politiques cherchent à renflouer les barrages helvétiques en leur octroyant une aide financière temporaire.  

Diversification 

Grâce à de solides fonds propres, les distributeurs diversifient leurs activités. Romande Energie et BKW étendent leurs activités dans les services énergétiques via une croissance à la fois exogène et endogène dans plusieurs domaines: solaire, climatisation, installations électriques, chauffage, etc. En 2016, BKW a racheté dix-neuf sociétés comptant au total plus de 1000 salariés, tandis que Romande Energie ambitionne de figurer dans le top 3 des services énergétiques romands à l’horizon 2020.

De son côté, le Groupe E poursuit son expansion dans la mobilité. D’ici à 2019, il construira plusieurs centaines de stations de recharge de véhicules électriques. Ces bornes seront intégrées au réseau MOVE, un des acteurs les plus importants du pays.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."