Bilan

EasyJet étoffe son réseau et ses effectifs à Bâle

EasyJet va agrémenter sa flotte basée à l'aéroport de Bâle-Mulhouse de deux avions supplémentaires qui devraient permettre de transporter dès l'été 2018 500'000 passagers supplémentaires.

Plus de 70 emplois directs seront créés par EasyJet à Bâle, "ainsi que 750 emplois indirects dans la région", assure la compagnie.

Crédits: keystone

La compagnie EasyJet va agrémenter sa flotte basée à l'aéroport de Bâle-Mulhouse de deux avions supplémentaires pour l'été 2018. Ils devraient permettre de transporter dès l'été 2018 500'000 passagers supplémentaires depuis ou vers la cité rhénane, a déclaré mardi Thomas Haagensen, responsable des marchés suisse et allemand pour le transporteur à bas coûts à l'occasion d'un déjeuner avec la presse.

Les deux appareils, des Airbus A320, représentent "un investissement conséquent qui reflète notre engagement pérenne à Bâle et généreront également de nouveaux emplois", assure-t-il. Plus de 70 emplois directs seront créés par EasyJet à Bâle, "ainsi que 750 emplois indirects dans la région", assure la compagnie dans un communiqué.

Le nombre d'avions EasyJet basés sur le tarmac bâlois se montera alors à 11 unités, contre 14 dans son hub de Genève. En termes de renouvellement, la flotte helvétique compte déjà 16 A320 pouvant transporter 186 passagers, et encore neuf A319 (156 places) qui devraient à terme être remplacés.

M. Haagensen n'a pas souhaité entrer dans les détails du plan de flotte, mais a laissé entendre qu'à l'avenir, la compagnie pourrait également opérer en Suisse avec des A321 (235 places) selon l'évolution de la demande. Les premières unités, qui seront mises en service en 2018, ne seront pas destinées au marché helvétique, a-t-il précisé.

Gain d'efficience nécessaire

"La capacité des aéroports suisses n'est pas illimitée", a fait remarquer le dirigeant helvético-danois, soulignant le gain d'efficience que représente l'utilisation d'appareils plus grands, qui permettent d'absorber la croissance du trafic sans avoir à augmenter le nombre de mouvements.

M. Haagensen espère également pouvoir introduire dans les aéroports suisses un système de dépôt de bagages (bag drop) automatisé, à l'instar de celui inauguré au printemps 2016 dans l'aérogare de Gatwick, afin de fluidifier le flux de passagers lors de l'enregistrement, et ainsi "améliorer l'expérience passager".

Le renforcement de la flotte au départ de l'Euroairport permet à EasyJet d'étoffer son offre sur des destinations existantes "particulièrement prisées" comme Barcelone et Venise.

La compagnie va également introduire trois nouvelles liaisons vers Athènes, Belgrade et Vienne. Elle desservira au départ de la cité rhénane les aéroports de Minorque (ES), Pula (HR) et Lamezia (IT) pendant l'été. Le nombre de destinations au départ de Bâle sera ainsi porté à 63.

Lors de l'exercice décalé 2016/17 (clos fin septembre), EasyJet a transporté depuis l'Euroairport 4,8 mio de passagers, en hausse de 7% par rapport à l'exercice précédent. Dans l'ensemble de la Suisse, la compagnie britannique figure au 2e rang du secteur, avec 24,2% de parts de marché en nombre de passagers transportés.

Décision sur Air Berlin imminente

Interrogé sur la reprise d'actifs d'Air Berlin, M. Haagensen a rappelé que la compagnie attend toujours le feu vert du gendarme européen de la concurrence. Selon lui, celle-ci devrait tomber "ces prochains jours, au plus tard à la fin de l'année". Fin octobre, EasyJet avait annoncé l'acquisition, pour 40 mio EUR, de 25 appareils A320 à la compagnie allemande, en faillite depuis le retrait de son actionnaire principal Etihad.

Début décembre, la compagnie orange avait en outre indiqué la reprise à son compte de la desserte depuis Zurich de l'aéroport berlinois de Tegel, avec jusqu'à quatre opérations journalières. Cette nouvelle liaison, qui devrait débuter le mois prochain, n'est pour le moment ouverte à la vente que jusqu'en mars, dans l'attente du blanc-seing bruxellois.

Interrogé sur un éventuel renforcement de l'offre au départ de Malpensa, à la suite des difficultés que traverse actuellement l'aéroport de Lugano avec la mise à pied du transporteur local Darwin Airline, M. Haagensen estime que les vols au départ de l'escale milanaise représentent déjà une alternative commode et suffisante pour la clientèle tessinoise.

Anticipant une possible interdiction des frais de commission de carte de crédit en Suisse par souci d'harmonisation par rapport à la pratique européenne, EasyJet va abolir dès janvier 2018 les surtaxes liées à cette forme de paiement. Sa clientèle suisse sera ainsi logée à la même enseigne que celle résidant dans l'UE, contrairement à l'usage d'autres transporteurs.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."