Bilan

Des livraisons d'avions record dopent le bénéfice de Boeing

L'avionneur Boeing, dont des avions ont été affectés récemment par des incidents de moteurs, a augmenté son bénéfice net à 2,48 milliards de dollars, en hausse de 57% sur un an.

La hausse des livraisons est le résultat des augmentations de cadences de production ces derniers mois.

Crédits: afp

L'avionneur Boeing, dont des avions ont été affectés récemment par des incidents de moteurs, a relevé mercredi sa prévision annuelle après avoir dépassé les attentes au premier trimestre, marqué par des livraisons d'appareils commerciaux record.

Le bénéfice net est ressorti à 2,48 milliards de dollars, en hausse de 57% sur un an, soit un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 3,64 dollars sur le trimestre, contre 2,58 dollars anticipés en moyenne par les analystes.

Ces gros profits ont été nourris par de solides revenus, le constructeur aéronautique ayant vu son chiffre d'affaires progresser de 6,5%, à 23,38 milliards de dollars, contre 22,24 milliards anticipés.

La division aviation civile, BCA, a enregistré une hausse de ses revenus de 5,4%, à 13,65 milliards, tandis que l'augmentation est de 12,7%, à 5,76 milliards, pour les opérations militaires et spatiales.

Cette bonne santé de l'activité s'explique notamment par une hausse de 9% des livraisons d'appareils civils, à 184 unités au total. Le constructeur aéronautique entend livrer entre 810 et 815 appareils en 2018, soit au moins 47 avions de plus comparé à 2017 (763 appareils), qui était une année record.

La hausse des livraisons est le résultat des augmentations de cadences de production ces derniers mois pour tenter d'alléger un carnet de commandes rempli (5.800 appareils au 31 mars évalués à 486 milliards de dollars).

Les compagnies aériennes paient généralement les constructeurs aéronautiques quand elles prennent possession de l'appareil.

Fort de sa performance trimestrielle, Boeing a relevé ses prévisions annuelles et dit tabler désormais sur un bénéfice par action compris entre 14,30 et 14,50 dollars pour l'ensemble de l'année, contre 13,80 à 14 dollars précédemment.

La marge opérationnelle dans l'aviation civile passe de 11 à 11,5%, ce qui suggère que les rabais consentis aux compagnies aériennes seront moindres que ce qui était anticipé jusqu'à présent.

Le chiffre d'affaires annuel, lui, est toujours attendu entre 96 et 98 milliards de dollars, soit un haut de la fourchette légèrement supérieur aux attentes qui sont de 97,27 milliards.

A Wall Street, le titre gagnait 2,63% à 337,51 dollars vers 12H00 GMT dans les échanges électroniques de pré-séance.

L'avionneur américain n'a en revanche pas évoqué dans son communiqué les différents incidents de moteurs affectant ses modèles 737, sa vache à lait, et le long-courrier 787.

La FAA, le régulateur aérien américain, a limité récemment l'utilisation des 787 équipés de moteurs Rolls-Royce Trent 1000 après une série d'incidents due à une usure prématurée des pales de turbines pouvant entraîner une rupture en vol.

Le régulateur a également exigé des inspections d'urgence de certains moteurs de la famille CFM56 (General Electric/Safran) équipant des 737 suite à l'accident d'un vol reliant New-York à Dallas ayant fait un mort la semaine dernière.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."