Bilan

Démarrage foudroyant pour le Uber des femmes de ménages

Deux Lausannois ont fondé Batmaid, une start-up qui met en relation clients et femmes de ménage. La firme connaît une croissance à deux chiffres et multiplie les partenariats avec de grands acteurs de la place.

Andreas Schollin-Borg (à gauche) et Eric Laudet sont les fondateurs de Batmaid, une start-up à l'essor spectaculaire.

«Chez Batmaid, nous disposons déjà d’un effectif de quelque 200 femmes de ménages pratiquement sur toute la Suisse. Afin de suivre à la demande, il nous faut en recruter encore 200 à 300 autres d’ici juin prochain. Depuis le lancement, nous enregistrons une croissance mensuelle à deux chiffres»: Andreas Schollin-Borg (27 ans) a fort à faire pour gérer le succès de Batmaid, un service internet de femmes de ménage qu’il a lancé en avril dernier à Lausanne avec Eric Laudet (30 ans). Ces diplômés HEC ont tous deux travaillé dans le négoce de matières premières avant de se lancer dans l’entrepreneuriat.

Lire aussi: 41 idées pour lancer votre business

Les deux fondateurs ont développé un système qui permet de trouver dans les plus brefs délais une femme de ménage disponible au plus près de chez vous, sur le modèle Uber. Andreas Schollin-Borg relate: «Pour le concept, je me suis inspiré de la firme Handy.com à New York, une compagnie qui a tout de suite trouvé son créneau». Batmaid facture l’heure de ménage de 32 à 35 francs assurances et charges sociales comprises. Occupant une quinzaine de collaborateurs, la société est déjà active sur 80% du territoire suisse avec plusieurs milliers de clients. La start-up bénéficie du soutien de l’agence fédérale CTI (Commission pour la Technologie et l'Innovation) qui offre un soutien financier et joue un rôle de label de qualité.

Un groupe étranger est entré au capital

«Notre algorithme constitue notre point fort. Il nous permet d'optimiser la mise en relation entre particuliers et professionnels. Si Uber a révolutionné l’industrie des taxis, le nettoyage n’a pas encore franchi ce jalon. Il en va de même pour d’autres professions, par exemple avocat, dentiste ou loueur de voiture. Nous sommes à l’affût d’opportunités car notre algorithme a la capacité de couvrir aussi d’autres secteurs», ajoute Eric Laudet.

Lire aussi: Uber inspire les startupers du monde

Après quelques mois d’existence, Batmaid a déjà conclu des partenariats avec LeShop, la filiale de e-commerce de Migros, l’enseigne de blanchisserie Baechler ou la société immobilière de Rham. «Différentes régies se sont montrées intéressées à collaborer avec nous pour des offres de nettoyage de fin de bail», remarque Andreas Schollin-Borg.

Une nouvelle étape a d’ores et déjà été franchie avec l’entrée dans le capital d’un grand groupe étranger qui va permettre de financer la croissance. L’information doit être officialisée sous peu. Une telle alliance permet à Batmaid de se lancer dans une expansion internationale, sur la base de la présence à l’étranger de son actionnaire. Le « business model » comprend un deuxième volet sous la forme de la commercialisation de licences Batmaid vendues hors de Suisse.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."