Bilan

Damien Piller investit un demi-milliard

Le promoteur fribourgeois est actif dans plusieurs réalisations en passe de renforcer sa région en termes de logements et de nombre d’emplois. Tour d’horizon.
  • L’homme d’affaires Damien Piller va construire une infrastructure aéroportuaire sur le site de l’Aéropôle de Payerne.

    Crédits: Jean-Paul Guinnard/24h
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

L’attente aura été longue, très longue! Après vingt ans de palabres et de procédures, le 21 août 2017 marquera une étape clé dans le développement de l’exploitation civile de l’aérodrome militaire de Payerne, avec la pose de la première pierre d’un bâtiment destiné aux activités de l’aviation d’affaires. L’acteur principal sans lequel ce projet ne se serait probablement jamais concrétisé s’appelle Damien Piller.

Promoteur, homme d’affaires et de médias, avocat, le Fribourgeois figure parmi les plus importantes figures de l’immobilier romand avec la construction de 3200 logements pour un volume d’investissement de 1,6 milliard de francs depuis le début du siècle. Actuellement, il s’active dans plusieurs réalisations d’envergure pour un montant total de 545 millions de francs. Tour d’horizon. 

Aéropôle, Payerne, 23 millions

«C’est davantage un coup de cœur pour la région qu’une opération m’apportant un retour sur investissement», insiste Damien Piller. Alors que l’entreprise Boschung achève le transfert de ses activités sur le site de l’Aéropôle de Payerne, le promoteur y démarre la construction d’une infrastructure aéroportuaire. Aux mains de sa société Anura, elle comprendra deux parties. L’une avec trois hangars permettant le stationnement d’une trentaine d’avions, des bureaux destinés aux activités de Speedwings Business, compagnie de jets privés du Fribourgeois. L’autre, qui sera rachetée par la commune de Payerne, intégrera une zone d’accueil pour les passagers et un technoparc destiné à des start-up. Au total, Damien Piller investit 23 millions de francs avec le soutien de la Banque Cantonale de Fribourg (BCF).

Avec l’implantation de Speedwings Business, la société d’exploitation civile de l’aérodrome militaire de Payerne compte profiter de la saturation de Genève-Aéroport pour attirer des compagnies aériennes présentes dans l’aviation d’affaires. «C’est davantage une opportunité à saisir qu’un objectif prioritaire, en raison de la limitation des mouvements aériens sur un tarmac de l’armée», avance Pierre-André Arm, directeur de la Communauté régionale de la Broye.

La région veut faire de l’Aéropôle un centre de compétences majeur dans les activités aéronautiques avec la création à terme de 1500 à 2000 emplois. Ses dirigeants en font la promotion en tentant de tirer profit de l’exploit de «Solar Impulse», avion solaire de Bertrand Piccard et André Borschberg, qui avait profité des installations de l’Aéropôle pour réaliser ses premiers vols avant son départ pour entreprendre son tour du monde. 

Maison des médias, Villars-sur-Glâne, 27 millions 

Permettre de dégager des synergies et de réduire les coûts de fonctionnement des trois médias détenus par Damien Piller, c’est l’objectif de Médiaparc, dont la construction a démarré en novembre 2016 à Villars-sur-Glâne, aux portes de Fribourg. Dans une année, le bâtiment accueillera trois médias: Radio Fribourg et la chaîne de télévision valdo-fribourgeoise La Télé, dont le promoteur immobilier possède respectivement 36 et 49% du capital et préside leur conseil d’administration, ainsi que Sept.info qui ne doit son existence qu’à son soutien.

Damien Piller garantit en effet son déficit annuel à hauteur de 500 000 francs jusqu’en 2019. La chaîne de radio et sa société fille Mediapub deviendront propriétaires des locaux qu’elles loueront à La Télé et à Sept.info. Médiaparc comprendra également 48 appartements destinés à la location. Les investissements s’élèvent à 27 millions de francs, dont 11 millions pour les surfaces administratives. 

Marly Innovation Center, Marly, 300 millions 

En août 2013, la Banque Cantonale de Fribourg approche Damien Piller pour tenter de sauver Ilford Imaging Switzerland qui emploie 200 personnes à Marly, près de Fribourg. «Une opération est rapidement montée, via Anura, afin de payer les salaires et charges sociales arriérés à hauteur de 10 millions de francs. Mais cela ne suffira pas. La faillite est prononcée en décembre 2013», explique le promoteur. Le dépôt de bilan constitue une occasion unique pour prendre possession du site de 350  000 m2 qui est le plus vaste de l’agglomération fribourgeoise. Via Anura, Damien Piller crée Marly Innovation Center (MIC).

Avec des bureaux d’architectes, le Fribourgeois planche immédiatement sur un projet très ambitieux dont le contenu est présenté en automne 2014. Ce dernier prévoit la transformation des bâtiments d’Ilford pour accueillir un parc technologique dénommé Marly Innovation Center (MIC) et un important quartier d’habitation. Au total, les investissements grimperont à 300 millions de francs.

Aujourd’hui, le MIC offre un large spectre d’activités pour des sociétés déjà existantes et en voie de création grâce à ses laboratoires complètement équipés, ses salles blanches, ses bureaux et ses surfaces de stockage. Quelque 130 entreprises sont présentes avec environ 400 emplois. Le MIC héberge aussi une structure d’accueil temporaire pour les entrepreneurs et ouvre ses portes à la culture et aux artistes. Et ce n’est qu’un début.

Une nouvelle zone artisanale pour les PME, commerçants et artisans est actuellement en construction. Les travaux finiront au début 2018. Prochainement, une navette autonome desservira le MIC depuis le centre de la commune de Marly. C’est une première pour les Transports publics fribourgeois. D’ici à 2025, entre 1500 et 2000 personnes pourraient travailler sur le site.

L’autre partie du projet vise à aménager, en plusieurs étapes indépendantes, un écoquartier d’environ 2000 habitants répartis dans 900 logements. Celui-ci comprendra trois secteurs consacrés à l’habitat et une zone tampon avec le MIC (logement, loisirs, commerces, etc.). L’ensemble, qui intégrera des espaces verts et un cheminement intérieur, sera relié aux transports publics.

La première phase démarrera cet automne avec la mise à l’enquête du plan d’aménagement de détail de la zone tampon, au sein de laquelle s’érigeront d’ici à 2021 plusieurs bâtiments comprenant 350 logements (location et PPE) et des surfaces d’activités et culturelles. 

Quartier de la gare, Bulle, 95 millions

Avec Anura et une autre de ses sociétés (Castella Frères), Damien Piller est l’un des acteurs qui façonnent l’aménagement du nouveau quartier de la gare de Bulle dont les travaux s’étendront jusqu’en 2025. Son projet, qui constitue une première étape de ce vaste chantier, consiste à finaliser la réhabilitation de l’ancienne Landi et à édifier un complexe immobilier comprenant 127 appartements, des commerces et un parking souterrain de 271 places.

Quartier Pré-des-Comtes, Romont, 100 millions

En face de la gare, Anura construit actuellement un quartier qui donnera une nouvelle dynamique au chef-lieu de la Glâne avec 143 logements, 4000 m2 de surfaces commerciales et 2000 m2 de surfaces administratives. Les travaux s’achèveront au printemps 2019. 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."