Bilan

Coca-Cola essuie une perte nette en raison de la réforme fiscale

Le marchand de sodas américain Coca-Cola a enregistré au 4e trimestre une perte nette de 2,717 milliards de dollars en raison de charges liées à la réforme fiscale.

Le groupe a précisé vendredi qu'il estimait que son taux d'imposition pour cette année allait passer à 21% pour 26% précédemment estimé.

Crédits: afp

Le marchand de sodas et de boissons non-alcoolisées américain Coca-Cola a enregistré au 4e trimestre une perte nette en raison de charges liées à la réforme fiscale et son chiffre d'affaires a baissé de 20%, tout en se révélant supérieur aux attentes.

Coca-Cola a présenté vendredi une perte nette de 2,717 milliards de dollars comparée à un bénéfice net de 547 millions sur la même période en 2016. Le chiffre d'affaires a reculé à 7,512 milliards de dollars mais se montre de 150 millions supérieur aux attentes. Le bénéfice ajusté par action, qui ne tient pas compte des charges fiscales, est de 0,39 dollar, conforme aux attentes du marché.

Sur l'année, le bénéfice net est de 1,248 milliard de dollars, en baisse de 81% et le chiffre d'affaires en recul de 15% à 35,410 milliards de dollars.

Pour l'année en cours, Coca-Cola a indiqué tabler sur une progression de 8 à 10% de son bénéfice par action ajusté par rapport aux 1,91 dollar dégagés en 2017. Les attentes moyennes du marché sont actuellement de 2,01 dollars. La croissance des ventes organiques devrait être de l'ordre de 4%.

L'action progressait de 2,2% à 45,80 dollars dans les échanges de pré-séance à Wall Street vers 12h40 GMT.

"Nous avons atteint, voire dépassé, nos objectifs pour l'année" écoulée, a affirmé le PDG du groupe James Quincey cité dans le communiqué, indiquant qu'il y avait toutefois encore "beaucoup de travail à faire" pour continuer de transformer Coca-Cola "en un groupe de boissons véritablement mondial".

Outre la célèbre boisson éponyme, le groupe d'Atlanta commercialise également les eaux Dasani, les boissons énergisantes Powerade, les thés froids Nestea ainsi que toute une gamme d'autres sodas.

Le groupe fait toutefois face à une lente érosion de ses ventes, notamment aux Etats-Unis, en raison des changements d'habitude de consommation défavorables aux boissons sucrées.

Le chiffre d'affaires a progressé sur l'année de 1% en Europe/Moyen-Orient/Afrique, de 5% en Amérique latine, de 4% en Amérique du nord, mais a reculé de 2% en Asie-Pacifique. En terme de volume, les ventes ont été pratiquement stables d'un trimestre et d'une année sur l'autre.

Le groupe est également engagé dans une restructuration de ses activités d'embouteillage qui ont pesé sur son chiffre d'affaires avec notamment son désengagement de ce secteur en Chine pour confier l'embouteillage à des franchisés.

Au total, Coca-Cola a inscrit sur le 4e trimestre une charge liée à la réforme fiscale totalisant 3,6 milliards de dollars, composée de 4,6 milliards d'impôts exceptionnels en raison de la rapatriation fiscale de bénéfices jusqu'à présent détenus à l'étranger et d'un gain d'un milliard de dollars sur des impôts qui avaient déjà été provisionnés mais qui seront acquittés à un taux moindre en raison de la réforme.

Le groupe a précisé vendredi qu'il estimait que son taux d'imposition pour cette année allait passer à 21% pour 26% précédemment estimé.

La réforme prévoit entre-autres une réduction du taux maximum d'imposition des sociétés aux Etats-Unis de 35% à 21% ainsi que la possibilité pour elles de rapatrier fiscalement aux Etats-Unis à un taux favorable des bénéfices jusqu'ici conservés à l'étranger par leurs filiales.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."