Bilan

ChemChina demande le feu vert des Etats-Unis pour racheter Syngenta

Le feu vert du gendarme américain de la concurrence est une condition cruciale pour finaliser le rachat de l'agrochimiste bâlois Syngenta par le géant chinois ChemChina.

ChemChina et Syngenta ont l'intention, tout en attendant la décision de Washington, de poursuivre les préparatifs de leur rapprochement.

Crédits: Keystone

Le géant chinois de la chimie ChemChina a demandé au gendarme américain de la concurrence de donner son feu vert au rachat de l'agrochimiste Syngenta, une condition cruciale pour le finaliser. L'annonce portait le titre de l'agrochimiste bâlois vendredi à la Bourse suisse.

"ChemChina et Syngenta ont récemment annoncé l'opération à la Commission fédérale du Commerce aux Etats-Unis", a indiqué à AWP une porte-parole du groupe suisse, confirmant les informations précédemment rapportées par les médias. Les deux groupes "restent engagés sans restriction dans cette transaction et nous sommes optimistes qu'elle aboutira", a ajouté la porte-parole.

La FTC a 30 jours pour y répondre. Or, Washington a montré à plusieurs reprises sa capacité à bloquer d'importantes acquisitions chinoises à l'étranger.

En décembre, le président Barack Obama avait ainsi opposé son veto au rachat de l'industriel allemand Aixtron par le fonds d'investissement chinois Grand Chip, arguant d'inquiétudes pour "la sécurité nationale". Son opposition avait conduit à faire capoter l'opération quelques jours plus tard.

Pour leur part, ChemChina et Syngenta ont l'intention, tout en attendant la décision de Washington, de poursuivre les préparatifs de leur rapprochement, ont assuré à Bloomberg des sources proches du dossier.

En février 2016, ChemChina avait dévoilé une offre de 43 mrd USD pour racheter Syngenta, la plus grosse opération jamais lancée par un groupe chinois à l'étranger. Depuis, le chimiste chinois a prolongé à cinq reprises son offre, dans l'attente "que toutes les conditions soient remplies".

Consolidation du secteur

Si l'opération a été accueillie sans faire de remous en Suisse, elle avait toutefois fait sourciller des sénateurs américains qui avaient demandé à ce que ses conséquences potentielles, notamment pour la sécurité nationale des États-Unis, soient examinées.

En août, le Comité sur les investissements étrangers aux États-Unis avait cependant donné un accord de principe à la transaction. En novembre, la Commission européenne a quant à elle ouvert une enquête approfondie afin de déterminer si ce rapprochement était susceptible de réduire la concurrence dans les produits phytosanitaires.

ChemChina contrôle déjà l'entreprise israélienne Adama, le plus grand fournisseur de produits phytosanitaires génériques en Europe.

La transaction est complexe en raison de sa taille, mais elle intervient de surcroît alors que le secteur est en pleine phase de consolidation entre le projet de fusion des américains Dow Chemicals et DuPont --sur lequel la Commission européenne mène également une enquête-- et l'offre de l'allemand Bayer sur Monsanto.

A la Bourse suisse, le titre Syngenta réagissait positivement à cette annonce. La nominative s'appréciait de 1,2% à 431,10 CHF, à contre courant d'un indice SMI en baisse de 0,07%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."