Bilan

AccorHotels engage un plan social après la cession de 60 hôtels

400 salariés sont concernés par le plan social de la chaîne hôtelière AccorHotels qui a cédé une soixantaine d'établissements.

AccorHotels a annoncé qu'il allait engager la rénovation de l'enseigne, qui souffre d'un modèle vieillissant et d'une rude concurrence.

Crédits: AFP

Un plan social concernant quelque 400 salariés de la chaîne hôtelière économique hotelF1 (AccorHotels), comprenant des départs volontaires, a été engagé à la suite de la cession d'une soixantaine d'établissements, qui vont être repris par Adoma, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

AccorHotels a annoncé début mars la cession de 62 hôtels, sur les 237 que la chaîne hotelF1 compte, à SNI, la filiale immobilière d'intérêt général de la Caisse des Dépôts.

Ces établissements premier prix vont en fait devenir des structures d'hébergement et d'accueil, gérées par Adoma (ex-Sonacotra), a-t-on appris auprès des syndicats CGT et FO.

Un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été engagé et la première réunion de négociation a eu lieu cette semaine, a précisé à l'AFP Gilles d'Arondel (FO). "On essaie de préserver au maximum l'emploi. Pour nous, la priorité est au reclassement à l'interne", a-t-il ajouté.

Les salariés - responsables d'exploitation et employés - ne peuvent pas être transférés, comme cela aurait été le cas si les établissements avaient été repris par un autre groupe hôtelier. S'agissant de structures destinées à accueillir des personnes en grande détresse, ce n'est pas le même métier que l'hôtellerie, ont observé les deux syndicats.

Dans le cadre du PSE, qui concerne "394 postes", AccorHotels a "mis en place une cellule de reclassement pour un reclassement à la fois en interne et en externe" au sein d'Adoma, a expliqué à l'AFP un porte-parole du groupe hôtelier.

Un plan de départs volontaires est aussi ouvert, a ajouté le porte-parole, martelant que "l'objectif est bien zéro licenciement".

Les hôtels cédés, situés sur tout le territoire en zone périurbaine, ne répondaient plus aux normes. "Pendant des années, il n'y a pas eu de travaux de rénovation. On les a laissé mourir à petit feu", a commenté Ange Romiti (CGT), qui "attend du groupe qu'il reprenne" les salariés dans d'autres hôtels.

La chaîne hotelF1, qui s'appelait Formule1 jusqu'en 2008, est constituée d'établissements implantés sur les grands axes routiers et aux abords des villes. Parallèlement à la cession, AccorHotels a annoncé qu'il allait engager la rénovation de l'enseigne, qui souffre d'un modèle vieillissant et d'une rude concurrence.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."