Bilan

A la rentrée, boostez votre créativité

Le retour de vacances est un moment propice pour faire naître de nouvelles idées, en capitalisant sur la fraîcheur d’esprit. Comment les stimuler et les exploiter? Quelques recettes utiles.

Il peut être profitable de faire un point avant d’être happé par les habitudes de travail.

Crédits: Robert Daly/Getty images

Il ne s’agit pas ici de transformer radicalement une entreprise ou d’imposer une dictature du «think outside of the box», mais de capitaliser sur la fraîcheur d’esprit de la rentrée pour stimuler les nouvelles idées, résoudre des problèmes et ouvrir de nouvelles perspectives. Autant d’atouts valorisés dans un monde en constante évolution et nourri à l’innovation.

Avant de se faire happer par les processus bien établis et les habitudes de travail, les managers disposent à la rentrée d’une période propice pour stimuler leur créativité et celle de leurs équipes. Pour Marie-Claire Schmid, la créativité est d’autant plus importante à prendre en compte qu’elle est directement en lien avec la motivation. Et cette dernière détermine aussi la productivité. La consultante RH et coach, à la tête de Business Attitude à Genève et présidente de SR Coach, constate un fort intérêt pour ce thème. Elle conseille quelques bonnes pratiques à adopter, de manière pragmatique et mesurée.

Se reconnecter avec chacun

«L’été constitue souvent une période de transition. A la rentrée, les managers doivent favoriser le relationnel au niveau individuel. Pour renouer le contact, montrer leur intérêt pour l’état d’esprit du collaborateur. Ce qui permet d’évaluer et d’identifier les problèmes potentiels, tout comme les aspirations. C’est une première étape essentielle, selon moi.» Un entretien à mener plutôt de manière informelle et plus ouverte qu’un entretien annuel sur les performances, par exemple. 

Le bon moment pour brainstormer

Deuxième étape: le collectif. «Il est souvent intéressant de programmer un brainstorming en équipe à la rentrée, par exemple pendant une ou deux matinées, pour faire un point sur les objectifs, tout en laissant la place aux nouvelles idées.» Un moment qui permet de resserrer les liens et de redynamiser des équipes qui ont connu des rythmes différents durant l’été. Marie-Claire Schmid insiste aussi sur le fait que la créativité n’est pas réservée aux grandes entreprises, ni aux projets labellisés comme innovants ou disruptifs.

Inutile de mettre en place une «task force» de plusieurs personnes ou de revoir toute l’organisation interne. «Même des éléments très basiques comme la réflexion sur l’amélioration de la fidélisation client, de l’organisation du service ou du processus de production de tel ou tel produit permettent de stimuler la créativité et la motivation des collaborateurs.» 

Laisser de la place aux idées neuves

Pour l’experte, le manager doit apporter une vision claire et profiter d’établir un point global de la situation à la rentrée pour rappeler le cap, tout en laissant de la place aux différentes suggestions de ses collaborateurs. «Cela permet réellement de donner du sens au travail du collaborateur, à une période de remise en question comme celle de la rentrée. Et là encore, cela favorise la motivation.» Autant de bonnes pratiques, à renouveler dans l’année, qui permettent d’améliorer substantiellement la qualité de vie au travail.  

Varier les sources d’inspiration

Si les voyages constituent une source de renouvellement des idées, il est aussi possible de s’évader intellectuellement pour stimuler sa créativité, à travers ses lectures, par exemple. Mais pour cela,
il ne faut pas se limiter à lire l’actualité ou la dernière biographie labellisée «inspirante» d’un gourou de la tech. Plus original, la Harvard Business Review conseillait dans un article publié en juillet de lire davantage d’ouvrages de science-fiction. L’immersion dans un monde totalement différent permettrait de bousculer certains acquis ou idées reçues et favoriserait la créativité. 

Ne pas imposer une vision unique

«Je ne suis pas pour l’entreprise «mère nourricière», lance Olivier Anchieri, consultant en organisations et coach durant plus de dix ans, après avoir occupé plusieurs postes de cadre RH dans de grandes entreprises. Mettre un baby-foot au bureau ou installer une salle de créativité ne suffit pas à stimuler la motivation des collaborateurs. Pas plus que de mettre en place des programmes de créativité ou d’intrapreneuriat, qui ne conviennent pas au profil de tous les collaborateurs, voire même peuvent en braquer certains.»

Les entreprises doivent s’adapter et être plus agiles, en permettant par exemple de développer des projets différents au sein de l’entreprise, ou en dehors de ce cadre, avec des rythmes de travail flexibles, si les conditions le permettent. Une logique qui peut aussi s’appliquer aux managers eux-mêmes. «Au sein de mon entreprise, Signa-Terre, les associés, dont je fais partie, travaillent tous à 80% et ont conservé une autre activité à 20%. Ce qui favorise aussi l’engagement et la créativité à long terme.» 

L’essentiel, selon lui, est d’être à l’écoute pour mettre en place les conditions d’une qualité de vie au travail, et non en décider de manière arbitraire. «C’est d’ailleurs l’une des préoccupations majeures de la génération Y, l’entreprise devant assurer des conditions favorables pour attirer et retenir les talents. Le rôle du manager est ainsi davantage de faire prendre conscience aux gens qu’ils sont acteurs et moteurs de changement et de créativité, sans leur imposer tel ou tel modèle.» 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."