Bilan

«Oser prendre des risques»

Fondateur de la start up Solaxess, Sébastien Eberhard a créé dix-huit sociétés au cours de sa carrière. Il explique sa passion d'entreprendre.

Sébastien Eberhard

Vous avez créé dix-huit sociétés en vingt-sept ans. Pourquoi?

Entreprendre, c’est une passion. Elle implique de fortes exigences envers soi-même et envers les autres. L’envie de créer, d’aller à mon rythme (plutôt speed) m’a toujours motivé. A 20 ans, j’ai fondé ma première entreprise. Son activité consistait à laver les voitures de personnes qui n’avaient pas le temps de le faire. Puis, je me suis lancé dans la gestion, le conseil et l’immobilier. Avec Solaxess, je me tourne vers l’industrie. Actif dans la construction et informé des nouvelles normes énergétiques, j’ai constaté que le photovoltaïque allait devenir un élément primordial dans la construction des bâtiments. C’est l’électricité du futur et j’y crois fortement.

Les clés du succès, c’est quoi?

S’entourer des bonnes personnes afin d’éviter un taux de rotation élevé qui pourrait déstabiliser les premiers clients, disposer d’un réseau solide de relations et motiver les investisseurs afin de trouver les financements nécessaires au développement de l’entreprise.

Quelles compétences doit posséder un entrepreneur?

Oser prendre des risques et être pourvu d’une motivation au travail hors normes. Il faut aussi disposer d’une très bonne vision d’ensemble. A côté de ma formation d’ingénieur en microtechnique, j’ai suivi un cursus de gestion d’entreprise. Ces deux compétences constituent de vrais atouts pour développer et gérer une société.

Avez-vous douté?

Bien sûr. On se pose des questions lorsqu’on ne trouve pas les capitaux, alors que l’entreprise en a besoin en raison d’une forte croissance. Mais les doutes doivent être passagers. S’ils perdurent, on ne va pas de l’avant. Il faut vite retrouver le sommeil, sinon c’est le cercle vicieux: fatigue, déstabilisation et échec.

Quel est l’avantage d’être son propre patron?

En tant que patron, on décide quand, comment et surtout avec qui, c’est très motivant.

Des conseils à celui qui veut se lancer?

D’abord, chercher à exploiter au mieux son réseau. Aujourd’hui, c’est d’autant plus facile à le faire avec les nouveaux moyens de communication. Ensuite, partager une vision commune avec ceux qui sont à vos côtés.

 

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."