Bilan

Comment WeCan.Fund a réalisé une levée de fonds hybride avec des jetons numériques

La société genevoise a procédé à une augmentation de capital de près de 2 millions de francs, dont une partie en jetons numériques. Retour sur une opération inédite.

L’opération a été réalisée avec les propres jetons de l’entreprise Request Network et s’apparente à un échange d’actions de nouvelle génération.

Crédits: DR
Crowdfunding, conseil en financement digital et blockchain… Wecan.Fund étend de plus en plus ses activités. Pour financer sa croissance, la société genevoise créée en 2015 vient de réaliser une augmentation de capital. « Nous avons levé environ deux millions de francs », précise Vincent Pignon, fondateur et CEO de l’entreprise. L’opération a intéressé des investisseurs variés comme le Groupe immobilier Capelli, la banque Hyposwiss, la fondation Request Network, la société de communication Buxum, mais aussi plusieurs investisseurs privés.

Première société genevoise à réaliser un apport de capital en jetons numériques

La particularité de l’opération tient au fait qu’une partie de cette levée de fonds a été réalisée sous la forme de jetons numériques. Ce segment a représenté environ 5% du montant total, précise Fabio Sofia, managing partner chez WeCan.Fund. 

>> À lire aussi: Le prêt participatif prend de l’ampleur

En effet, malgré la flambée des ICO en Suisse, aucune société n’avait encore réalisé d’apport en jetons numériques pour une augmentation de capital classique. « Les démarches en conséquence ont nécessité une grande coordination entre les différents experts impliqués, du notaire aux auditeurs, en passant par l’administration du Registre du Commerce», détaille encore Vincent Pignon. 

Pourquoi se lancer dans cette opération? « Dans notre pool d’investisseurs, nous avions plusieurs acteurs institutionnels, qui ont souhaité participer à cette augmentation de capital en francs suisses. Mais nous avions également Request Network, un partenaire avec qui nous souhaitions tenter cette aventure. Request Network a réussi un ICO de 30 millions de francs fin 2017 en proposant une sorte de Paypal des cryptomonnaies. Nous avons donc décidé de réaliser une partie de l’opération avec leurs propres jetons, le REQ». 

Anticiper la volatilité des cryptomonnaies

Quand une levée de fonds est réalisée uniquement en francs suisses, le cours de la monnaie ne pose pas de problème, même si l’opération nécessite plusieurs jours, voire semaines. Et si des investisseurs étrangers souhaitent y participer, de nombreux mécanismes de protections contre les fluctuations de changes existent pour sécuriser la valeur de la transaction prévue. Mais quid pour une levée en cryptomonnaies ? Que se passe-t-il en cas de rapide hausse ou baisse des cours ? 

Pour parer à cette éventualité, une analyse de la fluctuation du cours des cryptomonnaies a été menée, afin d’assurer à Request Network et à WeCan.Fund une marge suffisante entre le moment de l’apport des jetons numériques, celui de l’assemblée générale et enfin l’inscription au Registre du Commerce. « Le notaire et le certificateur ont conclu que l’apport prévu devait être majoré de 15%, afin d’avoir une marge de manœuvre en cas de baisse des cours », précise Vincent Pignon. 

Mais cette marge n’a pas été suffisante….  « La veille du rendez-vous chez le notaire, les cryptomonnaies ont corrigé de plus de 20%, invalidant ainsi l’investissement annoncé. » Mais le jour J au matin, Request Network a transféré le montant des jetons manquants pour pouvoir valider l’opération. « La blockchain a permis d’investir un montant et une marge additionnels de jetons en quelques minutes » raconte Vincent Pignon. Ainsi, l’inscription au Registre du Commerce et l’augmentation de capital ont finalement pu être validées dans les temps.

Phase d’apprentissage

WeCan.Fund est convaincu que les apports en jetons numériques seront de plus en plus utilisés. Mais est-ce vraiment une stratégie pertinente pour toutes les entreprises? « Pour nous, l’idée de cette opération est aussi de sceller un partenariat à long terme avec Request Network », confie Vincent Pignon. Dans le cas présent, puisque l’opération a été réalisée avec les propres jetons de l’entreprise et non une cryptomonnaie comme le bitcoin ou l’ether, elle s’apparente en effet à un échange d’actions de nouvelle génération. 

Le CEO de WeCan.Fund rappelle que cette opération était « une première pour tout le monde », autant pour l’entreprise que le notaire et le Registre du Commerce. « Le principal enjeu était le moment de latence entre l’apport de fonds et l’enregistrement officiel au RC, qui pour nous a été de 2 jours ». 

Tokenisation immobilière 

Que va faire WeCan.Fund de cet apport en capital dans les prochains mois ? D’après la direction de l’entreprise, de nombreux projets de développement sont en cours avec des institutions d’envergure comme les SIG, la FTI, la Vaudoise ou encore le CICR. Certains projets portent sur des laboratoires internes d’innovation, d’autres sur des plateformes de crowdfunding, ou encore des systèmes de blockchain pour la FTI. 

« Nous travaillons aussi très activement sur la tokenisation immobilière avec un grand groupe français côté en bourse, afin d’apporter plus de liquidité et d’accessibilité sur ce marché » conclut Dominique Goy, managing partner chez WeCan.Fund.

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."