Bilan

Une start-up de prêts alternatifs veut lever 1 milliard de dollars

La start-up de prêts entre particuliers LendingClub Corporation veut désormais lever près d'un milliard de dollars pour son entrée à Wall Street.

Le groupe basé à San Francisco bénéficie des soutiens de grands noms de Wall Street. Le succès de la start-up s'explique par un contexte de fortes liquidités sur les marchés et le durcissement des conditions de prêts par les banques classiques.

Crédits: DR

La start-up de prêts entre particuliers LendingClub Corporation, qui compte l'ancien secrétaire au Trésor Lawrence Summers dans son conseil d'administration, veut désormais lever près d'un milliard de dollars pour son entrée à Wall Street.

Selon des documents boursiers, la société fondée et dirigée par le Français Renaud Laplanche, 44 ans, a revu à la hausse ses prétentions initiales, suggérant un fort intérêt des investisseurs dans la tournée de présentation de l'entreprise ("roadshow").

Le groupe de prêts entre particuliers ou "peer-to peer lending" veut céder désormais au prix unitaire de 14 dollars un maximum de 66,35 millions d'actions. Ce qui va lui permettre de lever 929 millions de dollars contre entre 663 et 796,26 millions espérés précédemment.

La semaine dernière, LendingClub avait indiqué qu'il mettait sur le marché ce lot de titres à un prix compris entre 10 et 12 dollars.

La société ne donne pas les raisons de ce relèvement de prix, qui témoigne du succès à venir de son entrée à Wall Street prévue soit jeudi ou vendredi. LendingClub sera cotée sur le New York Stock-Exchange (NYSE) sous le symbole "LC".

Elle sera le premier prêteur alternatif à tenter une aventure en Bourse. Le groupe basé à San Francisco bénéficie des soutiens de grands noms de Wall Street. Outre M. Summers, son conseil d'administration compte aussi John Mack, l'ancien patron de la banque d'affaires Morgan Stanley.

Le géant de l'internet Google détient une participation dans le capital du groupe, ainsi que les fonds BlackRock et T. Rowe Price.

Le succès de la start-up s'explique par un contexte de fortes liquidités sur les marchés et le durcissement des conditions de prêts par les banques classiques confrontées à une régulation plus stricte en matière de fonds propres.

LendingClub a généré plus de 4 milliards de dollars de prêts aux particuliers et aux petites entreprises sur les neuf premiers mois de l'année, contre 1,4 milliard de dollars sur la même période un an plus tôt.

Les emprunteurs peuvent contracter des prêts allant de 35.000 à 100.000 dollars. Son taux annuel moyen est d'environ 6,78% contre une moyenne nationale de 9,06%.

Son chiffre d'affaires de janvier à fin septembre s'élève à 143 millions sur la période, soit plus du double comparé à un an plus tôt (64,5 millions de dollars).

LendingClub gagne de l'argent en  prélevant entre 1,11 et 5% de la somme prêtée en fonction de la capacité de remboursement de l'emprunteur, selon son site internet. Elle impose aussi des commissions aux prêteurs auxquels elle promet un retour sur investissement de 4,74 à 7,56%, selon les documents boursiers.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."