Bilan

Une nouvelle génération de réseaux d’énergie

La startup lausannoise Steen compte révolutionner le milieu avec une énergie 100% renouvelable. Elle se développe partout en Suisse.

Olivier Andres, CEO de Steen, dirigeait auparavant l’Office cantonal de l’énergie à Genève.

Crédits: Dr

L’idée paraît simple, mais l’équipe de Steen a le mérite d’avoir réussi à l’appliquer: redistribuer chaleur, froid et électricité au sein d’un même réseau. «Nous utilisons les principes de l’anergie et la géothermie superficielle: nous installons un monotube en surface, sous forme de boucle», explique Adrien Galland, membre de la startup lausannoise, dont le nom est l’abréviation de Sustainable Energy. Cette technologie évite ainsi de forer à de grandes profondeurs pour être efficace. Mais surtout, elle est neutre en termes de CO2, et ne rejette pas d’eau ni de microparticules dans l’environnement. Circulant en boucle, de l’eau à basse température permet la mise en réseau des unités de consommation et de production d’énergie.

Solution prouvée et peu onéreuse

«Des ingénieurs de groupes énergétiques nous ont dit que notre solution ne pouvait pas fonctionner, puis ils ont fait les calculs…», se réjouit Adrien Galland. La preuve que Steen a réussi son pari: son installation a tenu bon à Zinal, malgré les basses températures. «On a choisi la difficulté, mais si on réussissait là-bas, on réussissait partout.» Lyesse Laloui, professeur en géothermie à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, estime que le monotube permet de limiter les pertes thermiques, celles qui surviennent avec l’utilisation de deux tubes.

Steen prône une énergie 100% renouvelable, loin des énergies fossiles. Pour le développement, le CEO Olivier Andres espère convaincre petit à petit. Leur technologie permet la croissance, puisqu’il suffit de commencer par un quartier pour pouvoir ensuite ajouter des branches au réseau. «Nous devons convaincre les communes et les promoteurs», affirme-t-il.

Quant aux tarifs, l’équipe de Steen tient à proposer une alternative aux systèmes d’aujourd’hui. Le prix du kilowattheure est similaire à ceux sur le marché actuellement. «Les sondes coûtent cher», confie Olivier Andres, qui était autrefois chef de l’Office cantonal de l’énergie à Genève.

Par la suite, Steen compte s’étendre dans toute l’Europe. La startup espère convaincre commune après commune avec son énergie verte. Et faire adopter ce type de solution n’est pas une mince affaire dans un secteur qui souffre, selon eux, d’une certaine inertie.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."