Bilan

Une marque de haute joaillerie créée à Genève

Zoom sur une discrète entreprise familiale qui vient de lancer House of Geneva.

Dilip Hiralal et sa fille Meera admirent leur papillon Blue Isabellae.

Crédits: Lionel Flusin

Originaire du district indien de Surat, la famille Hiralal a désormais des racines bien helvétiques. Outre sa mère argovienne, Dilip Hiralal, représentant de la 3e génération, a notamment travaillé comme facteur dans sa jeunesse pour financer une année de voyage sac à dos en Asie. Alors qu’il s’était mis en tête de devenir délégué du CICR, son père le convainc de rejoindre la petite société familiale. Il œuvre trois ans avec lui après avoir suivi des cours de gemmologie à Bangkok. 

En 1992, Hiralal Gems est créée. Comme son nom l’indique, la société genevoise fait le commerce de rubis, de saphirs et d’émeraudes. «Ce qui compte dans mon métier, c’est la qualité des sources, du réseau. Je travaille avec les fils des pères qui travaillaient avec mon père», explique Dilip Hiralal. Le sien passe de la Thaïlande au Sri Lanka, sans oublier la Zambie. Ce milieu est très fermé. La clientèle d’Hiralal consiste d’abord en divers grossistes de la place, remplacés peu à peu par les maisons horlogères et les joailliers. Dès 2001, le Genevois d’adoption décide d’ajouter le diamant à sa panoplie. 

Voilà un an, souhaitant à la fois développer des activités caritatives et donner un coup de pouce à sa fille Meera, 22 ans, il crée un spin-off: la marque House of Geneva voit le jour. La soirée de lancement s’est déroulée en octobre au quai des Bergues, chez Scabal, haut lieu de la haute couture pour les hommes. 

«J’aime la belle pierre. Je recherche les pierres qui sortent de l’ordinaire. Je ne fais des pièces que lorsque j’ai un coup de cœur», explique Dilip Hiralal. C’est la raison pour laquelle la première collection de House of Geneva ne comprend «que» sept bijoux. Son magnifique papillon Blue Isabellae se compose d’un saphir de 20,46 carats non chauffé, provenant du Myanmar. Cette pièce met en valeur une technique d’émaillage grand feu en plique-à-jour: l’émail est fusionné à haute température et maintenu en place par les fils d’or gris. Parmi les autres pièces de cette collection, relevons une paire de boucles d’oreilles (avec deux diamants taille poire de 4,18 cts et 4,02 cts), une bague ornée d’un diamant taille coussin de 3,75 cts ou encore une bague parée d’un saphir non chauffé du Myanmar. 

Ethique et caritatif

Toutes les pièces de la maison sont marquées du poinçon de maître de House of Geneva et accompagnées de leur écrin (sans matière de provenance animale), pochette et certificat d’authenticité. La startup s’engage à n’utiliser que de l’or éthique. Une partie des bénéfices tirés de la vente de ces bijoux servira à soutenir différentes actions caritatives, notamment dans la région. Dilip Hiralal envisage d’ouvrir une petite arcade, tout en souhaitant garder une taille modeste.
«Je souhaite continuer à avoir un contact personnel avec le client final.» 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin de cette année.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."