Bilan

Un Lausannois à la tête de Ferrari

Depuis la mort subite de Sergio Marchionne, des suites d’une opération à Zurich, Louis Camilleri a pris les commandes de Ferrari. Cet ancien président de Philip Morris a vécu longtemps à Lausanne, où il a accompli des études de HEC.

Louis Camilleri a longtemps travaillé chez Philip Morris avant de rejoindre Ferrari.

Crédits: Philip Morris

Né en 1955 à Alexandrie, en Egypte, dans une famille d’origine maltaise, Louis Carey Camilleri a son existence étroitement liée à la ville de Lausanne. Il y a effectué des études d’économie en HEC et est entré chez le cigaretier Philip Morris en 1978, à l’âge de 23 ans. Mais depuis dimanche, l’ancien patron de PMI est devenu du jour au lendemain l’administrateur délégué de la célèbre marque au cheval cabré, placée désormais sous la présidence du John Elkann, petit-fils de Gianni Agnelli et PDG d’Exor, la holding familiale qui détient près de 30% de Fiat et 23% de Ferrari.

Lire aussi: «Quel avenir pour les amoureux du volant à l'ère des voitures autonomes ?»

La nouvelle a été communiquée lors du Grand Prix d’Allemagne à Hockenheim, où la Ferrari du Finlandais Kimi Räikkönen a obtenu la 3e place après la mise hors course du champion du monde allemand Sebastian Vettel. Tombé dans le coma il y a quelques jours, l’homme au pullover noir – l’Italo-Canadien Sergio Marchionne - n’était plus en mesure de reprendre sa place à la tête de Fiat et Ferrari: « La relation à long terme entre nos deux sociétés (réd : Philip Morris et Ferrari) est profonde et pleine de sens, et nous sommes impatients de poursuivre notre collaboration commerciale », a communiqué le géant du tabac basé à Lausanne. Louis Camilleri restera président non-exécutif du conseil d’administration de PMI, a précisé le groupe, mais sa nomination devra être encore entérinée par l’assemblée des actionnaires de Ferrari qui sera convoquée « très rapidement ».

Tous les échelons

« C’était un étudiant brillantissime », se rappellent ses anciens camarades de l’Uni de Lausanne. Après avoir travaillé à Lausanne comme analyste commercial chez WR Grace and Company, un conglomérat américain du domaine de la chimie et des matériaux de construction. Louis Camilleri a rejoint Philip Morris Europe en 1978 en tant qu'analyste en développement commercial. Par la suite, il a occupé divers postes dans le secteur des cigarettes en Europe et au Moyen-Orient au sein de la multinationale du tabac et de l’agro-alimentaire rebaptisée Altria Group en 1985. 

Dix ans plus tard, le « Lausannois » est nommé président et chef de la direction de Kraft Foods, filiale agro-alimentaire de PMI et propriétaire de la marque des chocolats  Suchard, avant d’être propulsé vice-président et directeur financier de Philip Morris.

En 2008, Philip Morris USA et Philip Morris International se séparent. Louis Camilleri devient le PDG jusqu’en 2014, date de sa retraite, mais conserve un poste de président d’honneur non rémunéré. C’est un autre Lausannois, d’origine grecque, André Calantzopoulos, lui aussi formé à Lausanne comme ingénieur EPFL, qui hérite alors de la double casquette.

Cigarette et sport automobile

Avec sa marque phare Marlboro, le cigaretier et la marque au cheval cabré ont entretenu des rapports étroits, la première sponsorisant à coup de centaines de millions de dollars l’écurie de course transalpine, où se sont illustrés les Michael Schumacher, Niki Lauda, Gilles Villeneuve ou encore Clay Regazzoni. A ce titre, la nomination de l’ancien PDG de Philip Morris à la tête de Ferrari n’a rien d’étonnant. Il était déjà actionnaire de Ferrari NV, l’appellation de la société de Maranello incorporée en 2013 à la société néerlandaise «New Business Netherlands NV» et cotée à la Bourse de New York.

Autre lien plutôt étroit avec le sport automobile, celui de Louis Camilleri avec la célèbre mannequin britannique Naomi Campbell, elle que les journaux « people » ont souvent montré aux côtés de Flavio Briatore, le patron de Benetton et de l’écurie Renault.

Divorcé depuis 2004, Louis Camilleri est père de trois enfants et parle couramment l' anglais, le français et l'italien. Il a commencé à fréquenter Naomi Campbell et fait les délices des magazines depuis l’été dernier. A Lausanne, il a conservé de nombreux amis fiers de sa réussite internationale. 

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."