Bilan

Un Airbnb pour les cours particuliers s'attaque au marché suisse

La start-up belge Apprentus souhaite faciliter la recherche de cours particuliers. Depuis cette année, un site internet suisse existe.
  • De gauche à droite: Janne Harju, graphiste, Gaëtan Deremince, CEO, et Marius Andra, programmeur.

    Crédits: DR
  • Apprentus, une sorte d’Airbnb pour les cours particuliers, permet de visualiser tous les professeurs aux alentours.

Un cours de piano au centre de Genève. Du yoga dans le nord du canton de Fribourg. De l’espagnol à Lausanne. Faites votre choix. Avec plus de 1'500 professeurs actuellement, Apprentus est déjà bien implantée en Suisse. La start-up belge veut faciliter la recherche de professeurs – qu’ils soient amateurs ou professionnels – pour que trouver la bonne personne près de chez soi ne soit plus un casse-tête.

«L’idée m’est venue quand j’ai dû rechercher des cours particuliers pour mes deux filles, raconte Gaëtan Deremince. A part quelques annonces, trouver un professeur dans les alentours relevait de la mission impossible.» Après l’idée, la mise en forme. Elle s’est faite grâce au programmeur, que Gaëtan Deremince a rencontré au Betagroup, organisme belge permettant aux entrepreneurs de présenter leur start-up. Un an plus tard, l’équipe s’agrandit et accueille un graphiste.

La version bêta d’Apprentus est lancée fin 2013. La plate-forme, une sorte d’Airbnb pour les cours particuliers, permet de visualiser tous les professeurs aux alentours. Les points verts signifient que le cours est donné directement chez le professeur, tandis les points jaunes montrent ceux prêts à se déplacer chez vous. En cliquant sur un professeur, l’élève peut voir la description du cours, son prix et la disponibilité de l’apprenant. La plate-forme se veut interactive: il est à tout moment possible de fixer un rendez-vous ou de poser une question à son futur prof.

Marché suisse

«La sauce a commencé à prendre à Bruxelles et Paris, observe le CEO. Au début, nous n’avions que des inscriptions de professeurs. Les élèves sont venus ensuite.» Le site internet à proprement dit est mis en ligne au début de l’année passée. A part le système de géolocalisation, la plate-forme veut se démarquer sur un autre point. «Notre but est d’avoir des profils de professeurs les plus complets possibles», explique Gaëtan Deremince. Pour éviter les faux profils ou les incompétents, un professeur peut être mis hors ligne s’il ne donne pas assez d’informations sur ses compétences et diplômes. Mesure de sécurité supplémentaire, le site internet vérifie son numéro de téléphone portable.

Depuis le début de l’année 2015, un site internet avec l’extension .ch est en ligne. «Nous ne nous intéressions pas du tout au marché suisse lors du lancement de la plate-forme, avoue Gaëtan Deremince. Mais nous avons remarqué que depuis la fin de l’année 2014, le nombre de professeurs suisses a explosé.» Aujourd’hui, un peu plus de 1'500 professeurs sont enregistrés sur le site internet helvétique. La grande majorité en Suisse romande, quelques-uns seulement en Suisse alémanique. Une observation: les élèves suisses sont beaucoup plus friands de cours de langues que leurs homologues belges ou français. L’équipe d’Apprentus, composée de trois personnes à plein temps et d’une à mi-temps, compte d’ailleurs venir en Suisse à la fin de l’année afin d’en «apprendre plus sur ce marché».

Commissions à la charge des élèves

Apprentus n’est pas réservé aux professionnels. Tout le monde peut s’inscrire en tant que professeur. Imaginons qu’un élève recherche un professeur pour des cours de soutien en espagnol. L’algorithme de recherche du site internet présente en premier les «meilleurs» professeurs. Et cela selon des critères bien définis: un temps de réponse court, des avis positifs, ou encore le nombre de recommandations publiques. «Certaines fois, lance Gaëtan Deremince, les amateurs sont plus compétents que les professionnels!»

Alors que les écoles prennent entre 30 et 40% de commission sur les professeurs particuliers, la start-up n’en prend que 10 à 15. «Au début, nous affichions le montant de la commission, raconte Gaëtan Deremince. Mais cela devenait incompréhensible pour les élèves.» Le Belge a donc décidé d’afficher sur le site les prix incluant directement les commissions. Tout est aux frais de l’élève: le professeur reçoit le tarif exact qu’il aura fixé au préalable. Notons également que les commissions sont variables selon le pays dans lequel on se trouve.

Une nouvelle version du site internet est prévue pour le mois d’août. La start-up veut aussi, dans un futur proche, donner la possibilité aux professeurs de mettre à disposition du contenu en ligne pour leurs élèves. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."