Bilan

UBS risque une amende salée en Allemagne

Le parquet de Bochum arrive au bout de sa procédure contre UBS, qui se dit prête à une solution. Plusieurs centaines de millions de francs ont déjà été provisionnés.
  • UBS est dans le collimateur des juges allemands, dans le cadre des investigations menées au sujet de l'évasion fiscale de centaines de contribuables. Crédits: Keystone
  • Cette enquête sur UBS intervient après que l'Allemagne a infligé une amende de 150 millions d'euros (180 millions de francs) pour l'autre géant bancaire de la Paradeplatz de Zurich, Credit Suisse. Crédits: Keystone
  • Pour UBS, les montants évoqués seraient bien plus élevés que ceux qui ont été placés sur les comptes Credit Suisse: l'amende pourrait donc elle aussi être plus élevée. UBS a ainsi provisionné près de 600 millions de francs suisses au troisième trimestre 2013. Crédits: Keystone
  • Ces investigations font suite à l'achat en 2012 d'un CD contenant des informations sur des clients allemands d'UBS. Crédits: Keystone
  • Norbert Walter-Borjans (à gauche), ministre des finances de Rhénanie du Nord-Westphalie, et Friedrich Merz, ancien chairman du groupe parlementaire CDU au Bundestag, ici lors d'une audition du parlement du Land sur l'évasion fiscale. D'autres achats de données bancaires seraient envisagés par le Land. Crédits: Keystone
Les données bancaires volées en Suisse et achetées par le Land de Rhénanie du Nord-Westphalie continuent de dévoiler leurs trésors en Allemagne. Pour le plus grand bonheur du procureur de Bochum qui a engagé fin 2012 une procédure contre des conseillers d'UBS et enjoint récemment la banque à négocier.

L'amende pourrait atteindre plusieurs centaines de millions et UBS a précisé mardi 29 octobre dans son rapport trimestriel qu'elle travaillait à une solution. La banque a ainsi provisionné 586 millions de francs pour actions en justice, questions réglementaires et similaires et elle s'est vue forcée par la Finma d'augmenter provisoirement de moitié ses provisions pour ses actifs pondérés en fonction du risque

Des données qui font encore mal

UBS n'est pas la première banque suisse à se débattre dans les griffes de la justice allemande. Credit Suisse a dû verser en 2011 environ 150 millions d'euros à Düsseldorf dans une affaire de fraude fiscale et envisage dorénavant de réduire sa présence outre-Rhin.

Julius Bär a été de son côté condamné à 50 millions d'euros dans une autre affaire. La banque avait vu un de ses informaticiens, Lutz Otte, voler des données pour les vendre au fisc allemand. Avec la récompense reçue, l'employé allemand avait réglé des arriérés d'impôts.

Les milieux bancaires s'interrogent toujours sur l'identité du vendeur des données mais il a permis de mettre à jour des volumes de 3,5 milliards de francs. «C'était le travail d'un insider», a résumé au Tages Anzeiger le fiscaliste Jörg Schauf qui représente les clients d'UBS. Son auteur n'a toutefois laissé aucune trace susceptible de le démasquer et le Ministère Public de la Confédération n'est toujours pas en mesure de l'identifier.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."