Bilan

TSM assure contre vents et marées

Recette d’un siècle de succès d’une petite compagnie d’assurances suisse qui maîtrise les grands risques liés aux événements, dont certains organisés dans le cadre des JOJ 2020 à Lausanne.

L’entreprise assure les festivals contre les risques liés au mauvais temps.

Crédits: Ennio Leanza/Keystone

Assurer l’annulation d’une exposition d’horlogerie de luxe sous une tente au Japon et en pleine période de tempête? Pas de problème! Chez TSM, ils adorent les risques spéciaux. Et les maîtrisent, paraît-il, sans Prozac ni psychodrame. D’ailleurs, la petite boîte de presque 70 salariés a un très faible taux de renouvellement du personnel, souligne Philippe Gozel, son directeur commercial. L’attitude décomplexée de l’homme au débit éclair – qui s’avoue grand amateur d’humour – suscite une question vache: «Que répondez-vous à l’affirmation selon laquelle les assureurs sont tous des escrocs qui ne pensent qu’aux primes à encaisser et aux moyens de fuir les remboursements lors des sinistres?» Pas offusqué pour un sou, il répond: «Essayer, après coup, de trouver une faille dans le contrat pour exclure une prise en charge prouve que l’assureur n’a dès le départ pas bien fait son travail. C’est ainsi que j’ai été formé par Edouard Fragnière, notre directeur général sortant, qui m’a engagé il y a vingt ans.»

Une approche qui trouve ses racines dans l’histoire de cette société mutuelle. Créée à La Chaux-de-Fonds (NE) en 1921 par le Syndicat patronal des producteurs de la montre, elle n’est, au départ, ouverte qu’à ses membres horlogers pour assurer la sécurité du transport de leurs marchandises. Une première en Suisse qui, un siècle plus tard, n’a rien perdu de son actualité. Il suffit de se rappeler le braquage en 2015, entre Genève et Paris, de deux fourgons avec un butin de 9 millions d’euros dont certaines victimes étaient assurées chez TSM. Les décennies qui suivront la création de la compagnie seront marquées par la diversification sectorielle qui lui vaut aujourd’hui un portefeuille de plus de 3000 clients et des primes brutes qui ont dépassé les 27 millions de francs en 2018.

Un marché de niche

Ainsi, après le transport de marchandises, la compagnie commence à assurer également le secours (assistance et rapatriement médical) des personnes lors d’événements. Aux Jeux olympiques de la jeunesse 2020 à Lausanne y compris, en qualité de prestataire assureur. Mais son secteur qui connaît le plus grand boom est celui des risques spéciaux. Inauguré en 2002, ce dernier a enregistré une progression de 43% des primes pour l’année 2018 grâce, principalement, à l’événementiel. Un marché de niche pour TSM, qui est la seule assurance indépendante suisse à prendre en charge les annulations liées entre autres au mauvais temps et dont le principal concurrent sur le marché helvétique est la britannique Lloyd’s. Ce service est d’ailleurs particulièrement prisé dans notre pays, qui compte plus de 400 festivals de musique par an. «Pour les concerts à ciel ouvert et en fonction du type de contrat, nous assurons les pertes financières dues au mauvais temps. Mais aussi les annulations liées à l’impossibilité de sa personne clé, l’artiste, d’honorer son mandat», explique Philippe Gozel.

Philippe Gozel, directeur commercial de TSM, créée en 1921. (Crédits: TSM)

Cependant, si contracter une assurance contre les impondérables de la nature peut préserver des pertes, encore faut-il que ces conditions climatiques soient reconnues par la loi fédérale sur les dommages naturels. Typiquement, en cas de tempête, c’est la vitesse du vent – égale ou supérieure à 75 kilomètres à l’heure – qui sera décisive dans la prise en charge du sinistre en Suisse. Ici ou ailleurs, avec le réchauffement de la planète et les progrès technologiques pour le prévoir, TSM se dit confiante quant à sa capacité de continuer à assurer sa clientèle contre vents et marées encore pour de nombreuses décennies.

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."