Bilan

Toyota "surveille de près" l'impact du Brexit sur ses affaires

Le numéro un mondial de l'automobile Toyota possède deux usines au Royaume-Uni et emploie plus de 3.400 personnes dans le pays.

Toyota et son principal syndicat britannique avaient mis en garde lundi contre un Brexit.

Crédits: Reuters

Le numéro un mondial de l'automobile, Toyota, va "surveiller de près" l'impact d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sur ses affaires, a-t-il déclaré vendredi après l'annonce des résultats du référendum.

"A partir de maintenant, nous allons surveiller de près et analyser l'impact sur nos activités au Royaume-Uni, et voir comment nous pouvons maintenir notre compétitivité et assurer une croissance durable", a réagi le groupe dans un bref communiqué transmis à l'AFP.

Toyota et son principal syndicat britannique avaient mis en garde lundi contre un Brexit, expliquant dans une lettre aux employés que l'accès libre au marché européen était d'une "importance critique" pour le constructeur.

Le géant possède deux usines au Royaume-Uni, à Burnaston dans le centre de l'Angleterre pour les véhicules et à Deeside au Pays de Galles pour les moteurs, et emploie plus de 3.400 personnes dans le pays.

Les sites britanniques ont été créés "pour fabriquer des voitures et des moteurs destinés à l'Europe", rappelait dans son courrier l'entreprise, dont près de 90% des véhicules sont exportés. "L'accès ouvert et gratuit au marché européen est d'une importance critique pour notre activité de fabrication au Royaume-Uni".

Une sortie de l'UE aurait probablement pour conséquence l'imposition de droits de douane sur les voitures et les pièces détachées, avait-il averti. "Cela pourrait représenter jusqu'à 10% pour les voitures, conduisant à un immense défi pour réduire nos coûts ou bien à des voitures plus chères pour nos clients, avec un impact négatif sur nos ventes".

Son compatriote Nissan, partenaire du français Renault, s'est pour sa part refusé à tout commentaire dans l'immédiat.

Fin 2013, son PDG Carlos Ghosn avait prévenu que le groupe "reconsidérerait sa stratégie et ses investissements" si Londres prenait la décision de sortir de l'Union européenne.

Nissan exploite à Sunderland, dans le nord de l'Angleterre, la plus grande usine d'assemblage du Royaume-Uni, d'où sont sortis en 2014 quelque 500.000 véhicules, dont des crossover Juke et Qashqai, de la petite citadine Note et de la citadine électrique Leaf.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."