Bilan

Syngenta: Unia exige des garanties de ChemChina

Unia exige des garanties de ChemChina pour qu'il maintienne les emplois en Suisse après son rachat du groupe bâlois d'agrochimie Syngenta.

"Unia a appris avec satisfaction que ChemChina ne prévoit visiblement aucune suppression d'emplois", or il n'est pas sûr que cela reste ainsi à moyen terme, souligne le syndicat dans un communiqué publié mercredi.

Crédits: Keystone

Unia exige des garanties de ChemChina pour qu'il maintienne les emplois en Suisse après son rachat du groupe bâlois d'agrochimie Syngenta. Le syndicat demande au géant chinois de la chimie qu'il soit transparent sur sa stratégie.

"Unia a appris avec satisfaction que ChemChina ne prévoit visiblement aucune suppression d'emplois", or il n'est pas sûr que cela reste ainsi à moyen terme, souligne le syndicat dans un communiqué publié mercredi.

Syngenta emploie plus de 28'000 personnes à travers le monde et quelque 3300 collaborateurs en Suisse. Environ 500 d'entre eux sont soumis à la convention collective de travail (CCT).

Le syndicat demande que ChemChina soit transparent quant à la stratégie qu'il compte adopter. Les sites de Bâle, Monthey (VS), Stein (AG), Münchwilen (TG), Kaisten (BL) et Dielsdorf (ZH) ne doivent pas rester dans l'incertitude.

Et le syndicat d'appeler la Confédération, les cantons et les communes à la mobilisation. L'exemple de l'industriel français Alstom - repris par General Electric (GE) qui entend supprimer 1300 emplois en Suisse - le montre: les autorités doivent s'engager fermement pour préserver les places de travail.

Il faut se donner tous les moyens pour lutter contre une désindustrialisation de la Suisse. Un risque encore accru avec la surévaluation du franc, s'inquiète Unia.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."