Bilan

Syngenta et ChemChina confirment une offre de rachat

Syngenta et China National Chemical Corporation confirment l'intention du groupe chinois de déposer prochainement une offre publique d'achat (OPA) sur le géant bâlois.

La proposition portera sur l'ensemble des actions nominatives en circulation de l'agrochimiste, d'une valeur nominale de 0,10 CHF chacune ainsi que sur les American depositary shares (ADS), pour un prix de 465 CHF en espèce, détaille le communiqué conjoint publié mercredi.

Crédits: Keystone

Syngenta et China National Chemical Corporation (ChemChina) confirment l'intention du groupe chinois de déposer prochainement une offre publique d'achat (OPA) pour 43 mrd USD, encore soumise à condition, sur le colosse bâlois. Celui-ci publie parallèlement ce jour ses résultats sur l'exercice 2015.

La proposition de ChemChina comportera deux volets distincts. Le premier visera l'ensemble des actions nominatives en circulation de l'agrochimiste négociées à la Bourse suisse, d'une valeur nominale de 0,10 CHF chacune. Le second concernera les American depositary shares (ADS) traités à New York, détaille le communiqué conjoint publié mercredi.

Dans le cadre du volet suisse de l'opération, ChemChina offrira 465 USD en espèces aux détenteurs d'actions Syngenta, assorti d'un dividende spécial de 5 CHF. Le montant total par titre, estimé pour l'heure à 480 CHF, sera ajusté en cas de dilution de la valorisation de la nominative. Le paiement d'un dividendes ordinaire de 11 CHF et extraordinaire ne constituent pas un effet dilutif. Le prix de l'offre, dividendes compris, représente un prime de 31,1% sur le cours moyen pondéré de l'action au cours des 60 derniers jours de négoce.

Le conseil d'administration a signé mardi un accord transactionnel dans lequel il s'engage à recommander l'offre. Un nombre suffisant de membres du conseil d'administration devront avoir démissionné ou s'être engagés auprès de ChemChina pour que l'entreprise d'Etat soit en mesure de contrôler directement ou indirectement l'organe de surveillance. Ren Jianxin, président de ChemChina, reprendra la tête du conseil de Syngenta, qui inclura en outre quatre autres administrateurs actuels du groupe chinois.

La direction reste en place

"Cette transaction minimise les perturbations d'ordre opérationnel (...). Syngenta restera Syngenta et son siège social demeurera en Suisse", assure le président de l'entreprise bâloise, Michel Demaré, cité dans le communiqué. Celui-ci conservera la vice-présidence. La direction actuelle doit rester en place, sous la houlette de John Ramsey.

Le prospectus d'offre doit être publié dans les six prochaines semaines. Sur la base de délais minimaux, Syngenta calcule que l'offre pourrait courir du 4 avril au 29 avril, avec un éventuel délai supplémentaire du 9 mai au 23 mai. La finalisation de cette reprise est agendée en fin d'année.

L'opération sera considéré un succès si elle permet à ChemChina de reprendre au moins 67% des actions et ADS en circulation. Elle correspond déjà aux obligations d'information en vigueur en Suisse

Les actionnaires qualifiés, disposant d'au moins 3% des droits de vote du groupe rhénan, pourront déposer une opposition auprès de la Commission des OPA (COPA) dans un délai de cinq jours.

Fin d'un chapitre

Le dépôt de l'offre de ChemChina doit mettre fin à des mois de péripéties autour du rôle dédié à Syngenta dans le vaste mouvement du consolidation du secteur agrochimique à l'échelle mondiale. Le producteur de semences conventionnelles ou génétiquement modifiées et de produist phytosanitaires bâlois avait été approché sans succès une première fois au printemps dernier par le mastodonte américain Monsanto, qui offrait alors 449 CHF par action.

Le groupe texan était repassé à l'offensive avec la même offre, mais assortie d'une indemnité en cas d'échec de l'opération. Dans les deux cas, le conseil d'administration de Syngenta avait balayé les avances de son concurrent américain, arguant d'un prix inadapté et surtout de risques trop importants en matière de réglementation. Monsanto avait fini par jeter l'éponge fin août. Dans l'intervalle, des rumeurs ont prêté l'allemand BASF des visées sur Syngenta, que les deux sociétés avaient refusé de commenter.

Un rapprochement avec l'américain DuPont avait aussi fait l'objet de supputations en fin d'année dernière, avant que celui-ci ne préfère former avec son compatriote Dow Chemical un géant pesant 130 mrd USD.

Sous pression d'une partie de son actionnariat, M. Demaré avait reconnu en décembre qu'il n'était plus possible de faire cavalier seul et confirmé la tenue de pourparlers avec Monsanto et ChemChina, entre autres.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."