Bilan

Swissport débraie à l'aéroport de Genève

Une partie du personnel de Swissport a débrayé lundi pendant près de trois heures à l'aéroport de Genève. Les employés refusent une détérioration de leurs conditions de travail.

Selon les syndicats, environ 400 employés de Swissport ont cessé le travail pour protester contre le démantèlement de leur Convention collective de travail (CCT) et contre la sous-enchère salariale. "Ce débrayage est un premier avertissement au jusqu'auboutisme du leader mondial de l'assistance au sol", ont affirmé le Syndicat des services publics (SSP) et Push.

Crédits: Keystone

Une partie du personnel de Swissport a débrayé lundi pendant près de trois heures à l'aéroport de Genève, provoquant des retards dans l'acheminement des bagages. Les employés refusent une détérioration de leurs conditions de travail.

Selon les syndicats, environ 400 employés de Swissport ont cessé le travail pour protester contre le démantèlement de leur Convention collective de travail (CCT) et contre la sous-enchère salariale. "Ce débrayage est un premier avertissement au jusqu'auboutisme du leader mondial de l'assistance au sol", ont affirmé le Syndicat des services publics (SSP) et Push.

Swissport emploie quelque mille personnes à Cointrin, soit 70% du marché de l'assistance au sol aux côtés de l'entreprise Dnata (30%).

Les grévistes ont donné un délai à vendredi midi à la direction de Swissport "pour retirer l'ensemble de ses exigences sur la baisse des acquis de la CCT". Dans le cas contraire, ils menacent d'enclencher "une grève sèche". Ils exigent aussi le paiement des heures de grève par l'employeur.

Plus d'une centaine de grévistes ont manifesté dans le hall de l'aéroport en criant: "On fait la grève!" à la grande surprise des voyageurs. Dans un tract, ils ont dénoncé le blocage des négociations, la sous-enchère salariale et l'augmentation de la précarité.

PASSAGERS "PRIS EN OTAGES"

L'acheminement des bagages a connu des retards. Dans le hall d'arrivée, les tapis roulants sont restés immobiles. Le départ de plusieurs vols a été retardé. L'enregistrement des bagages n'a pas été effectué à plusieurs guichets et les queues se sont allongées.

Le chargement et le déchargement des bagages des avions sur le tarmac a connu en outre de gros problèmes, selon le porte-parole de l'aéroport Bertrand Stämpfli. Il a fait état d'une "congestion" sur le tarmac, des avions ne pouvant pas décoller et libérer leur place. Les retards ont été résorbés dans l'après-midi.

"Ce n'est pas catastrophique, mais nous déplorons que des passagers aient été prétérités et que la ponctualité s'en soit ressentie", a déclaré M. Stämpfli, en constatant que le mouvement de débrayage "a été relativement bien suivi".

Il a rappelé que la direction de l'aéroport ne s'ingère pas dans le conflit entre des employés et une entreprise privée qui opère à Cointrin. "Nous regrettons simplement que le climat social entre les employés et la direction (de Swissport) conduise à une situation où les passagers sont pris en otages", a-t-il dit.

ECHEC DE LA CONCILIATION

Mardi dernier, la direction de Swissport a regretté l'échec de la conciliation devant la Chambre des relations collectives de travail du canton de Genève, saisie le 22 décembre à la suite de l'impasse dans les négociations entamées en octobre. Elle avait indiqué "avoir revu à la baisse ses prétentions dans le but de trouver un accord d'ici au 28 février, date d'échéance des Conventions collectives de travail (CCT)".

La direction affirme vouloir maintenir les conditions actuelles des CCT en vigueur et par conséquent des salaires de base et les indemnités liées au travail irrégulier, mais elle veut revoir le plan de prévoyance avec un taux de cotisation de 60% pour l'employeur et diminuer progressivement la prime de participation à l'assurance maladie de chaque collaborateur. La couverture en cas de maladie serait améliorée.

Les syndicats SSP et Push accusent Swissport de vouloir "économiser des millions de francs par an sur le dos du personnel". "Le personnel de Swissport travaille toute l'année, par tous les temps, jour et nuit pour assurer le service aux passagers des guichets jusqu'aux avions en passant par les bagages et le fret", affirment les syndicats.

Ex-filiale de feu SAir Group, Swissport est contrôlée depuis 2010 par la société d'investissement française Paribas Affaires Industrielles (PAI Partners). Avec un effectif d'environ 55'000 personnes, Swissport International a une présence sur 260 aéroports de 45 pays et génère un revenu opérationnel de trois milliards de francs par an.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."