Bilan

Swisscom se met au régime après avoir vu son bénéfice fondre en 2015

L'opérateur historique Swisscom réagit à la baisse d'un cinquième de son bénéfice net en annonçant un vaste plan de restructuration, avec à la clé la suppression de plusieurs centaines d'emplois en Suisse.

Afin de réduire ses coûts, Swisscom s'est lancé dans un vaste plan de restructuration, qui comprend notamment des suppressions de poste. Le géant bleu s'attend à ce que dans le courant de l'année quelque 700 collaborateurs bénéficient du plan social mis en place.

Crédits: Reuters

Swisscom a connu un exercice 2015 difficile, marqué par le durcissement de la concurrence, la pression sur les prix et plusieurs effets uniques, qui ont amputé d'un cinquième son bénéfice net. L'opérateur historique réagit en annonçant un vaste plan de restructuration, avec à la clé la suppression de plusieurs centaines d'emplois en Suisse.

Pour Swisscom, l'exercice 2015 se solde par un bénéfice net de 1,36 mrd CHF, inférieur de 20,2% à celui de l'exercice précédent. L'opérateur évoque "des effets exceptionnels", notamment des provisions liés à une amende et une autre à un plan social.

Le chiffre d'affaires est resté quasiment stable (-0,2%) à 11,68 mrd CHF en dépit d'effets de change négatifs et d'une forte pression sur les prix. A périmètre constant, les recettes affichent une progression de 0,7%.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) et le résultat avant intérêts et impôts (Ebit) ont connu une baisse marquée, respectivement de 7,1%, et 13,4%. Outre les 186 mio CHF provisionnés pour faire face à une sanction de la Commission de la concurrence (Comco) pour prix abusifs, contre laquelle Swisscom a fait recours auprès du Tribunal fédéral, le géant bleu a également constitué 70 mio de provisions pour des réductions de postes.


Plusieurs centaines d'emplois à la trappe

Afin de réduire ses coûts, Swisscom s'est lancé dans un vaste plan de restructuration, qui comprend notamment des suppressions de poste. Le géant bleu s'attend à ce que dans le courant de l'année quelque 700 collaborateurs bénéficient du plan social mis en place.

Toutefois, avec la création de 500 nouveaux postes dans des "secteurs de croissance", le groupe table sur une "légère baisse" des effectifs en 2016. Au 31 décembre 2015, le groupe comptait 21'637 équivalents temps plein, soit 2,4% de plus qu'un an plus tôt, dont près de 19'000 collaborateurs en Suisse.

La direction a également annoncé qu'elle comptait réduire d'ici fin 2016 les centres d'appel à huit sites, contre 14 actuellement. Parallèlement, l'opérateur a réduit ses investissements de 1,1% à 2,41 mrd CHF, malgré une augmentation en Suisse. A terme, le géant des télécoms espère réduire sa base de coûts de 300 mio CHF d'ici 2020.

Selon le directeur financier (CFO) Mario Rossi, les économies réalisées en 2016 ne seront que de 50 mio CHF. A cela s'ajouteront 75 mio CHF supplémentaires en 2017, puis encore 60 mio à chacune des trois années suivantes.

Les mesures d'économies sont inévitables, assure la direction. Face à des montants d'investissement importants, voire croissants, rendus nécessaires par l'évolution technologique, les revenus s'effritent en raison de remises sur les prix ou du remplacement de produits, a assuré le directeur général (CEO) Urs Schaeppi.

Swisscom a confirmé que le conseil d'administration proposera lors de la prochaine assemblée générale le versement d'un dividende inchangé de 22 CHF par action au titre de l'exercice écoulé. Pour l'année en cours, le premier opérateur de Suisse table sur un chiffre d'affaires de "plus de" 11,6 mrd et un Ebitda de "près de" 4,2 mrd CHF.


Résultats mitigés

A l'exception du chiffre d'affaires, conforme aux attentes, les résultats publiés par le géant bleu sont ressortis en dessous des pronostics des analystes consultés par AWP. Ceux-ci s'attendaient en moyenne à un Ebitda à 4,16 mrd, un Ebit à 2,07 mrd et un bénéfice net de 1,47 mrd.

Les experts sont partagés quant à l'évolution de la rentabilité, mais s'accordent à qualifier les objectifs formulés par la direction de très prudents.

Vontobel met en avant les difficultés auxquelles s'attend Swisscom en 2016 et des perspectives plus pessimistes que prévu. La banque privée zurichoise salue en revanche la bonne tenue du chiffre d'affaires, conforme aux attentes malgré le durcissement de la concurrence.

Selon Barclays, les chiffres montrent que la pression s'est accrue pour toutes les unités du groupe. Les perspectives de la direction ne laissent aucun doute sur le fait que celle-ci ne va pas se relâcher. Par ailleurs, l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) est ressorti en dessous de la moyenne des prévisions au 4e trimestre.

Pour sa part, la Banque cantonale de Zurich (ZKB) dresse un bilan légèrement positif, saluant un chiffre d'affaires supérieur aux attentes, et un Ebitda qui a dépassé ses pronostics. Même son de cloche chez Morgan Stanley, qui souligne que dans l'ensemble, les résultats de Swisscom ont été conformes aux prévisions.

A la Bourse en revanche, la copie rendue par le géant bleu n'a pas eu la faveur des investisseurs et le titre a été sèchement sanctionné, notamment en raison de prises de bénéfices, et il a terminé en baisse de 2,91% à 487,90 CHF, dans un SMI en recul de 1,48%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."